Forum Disney Descendants
 
-78%
Le deal à ne pas rater :
Batterie externe 26800 mAh à charge rapide
23.95 € 110 €
Voir le deal

Partagez
 

 Life is a soup and i'm a fork | Ft Romy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jewell L. Sans-Terre

Jewell L. Sans-Terre

Enfant de : Fils du Prince Jean

Life is a soup and i'm a fork | Ft Romy  Empty
MessageSujet: Life is a soup and i'm a fork | Ft Romy    Life is a soup and i'm a fork | Ft Romy  EmptyJeu 29 Aoû - 19:52

C'était difficile, nouvelle école... Nouvelle vie... Nouveau dortoir ? Il y avait beaucoup de chose que je ne maîtrisais pas encore. Enfin... J'avais AU MOINS survécu à ma première journée, et je ne m'en étais pas si mal tiré, dans le sens où je n'avais pas encore été convoqué dans le bureau du proviseur et où mon comportement était exemplaire. Les cours étaient à mourir d'ennuis, du moins pour ceux que j'avais eu le jour même... Mais je ne m'en tirais pas si mal. C'était armé de ma valise que je montais les marches. J'étais vêtu d'un pantalon noir, la ceinture autour de mes hanches avait une boucle en forme de lion, en mode minimaliste. Un haut tout aussi noir, et autour de mes épaules, une sorte d'écharpe rappelant la cape ridicule de mon père, disons que j'avais plus de classe que cette vieille croûte empotée. Une broche en forme de couronne était piquée à cette même veste. Mais pour le moment, je galérais à me retrouver dans ces bâtiments, c'était plus grand que ce que je n'avais jamais vu. On avait eu la gentillesse de me fournir un plan ainsi que le numéro de chambre, mais il n'y avait pas de point en mode "vous êtes ici" comment étais-je sensé m'y retrouver dans tout ce fourbis de couloirs ? Quelle misère... J'arrivais finalement devant un couloir où les numéros de chambres semblaient s'approcher de la mienne. Venais-je enfin de retrouver mon chemin ? Soulevant à nouveau mon paquetage, je marchais d'une démarche nonchalante, alors qu'au fond de moi j'étais anxieux. Si je ne trouverais jamais ma chambre, ni même la sortie, serais-je obligé de manger la moquette jusqu'à la fin de mes jours ? Je secouais la tête. Non Jew... Ce n'était pas le moment de penser à ça... Non non non ! Si je me penchais trop dessus, j'allais perdre trois teintes, et peut être même mes cheveux. Mon regard alerte détaillait les numéros. On se serait cru au pays des merveilles tellement tout ça n'était pas logique. J'arrivais, après dix minutes de plus de recherches, à trouver ma chambre. Ouf... Maintenant, il faudrait que je retrouve mon chemin jusqu'à l'extérieur, et inversement. Dommage.. J'aurais pu faire comme dans certains contes et semer quelques petites caillasses pour m'y retrouver. J'ouvrais la porte et tombait sur le spectacle le plus incroyable de mon existence. Un type, assez grand et baraqué, devant son miroir armée d'une quoi ? D'une baguette magique ? C'était un bout de bois tout simple, sur lequel on avait collé une étoile en papier cartonné brillant. Il faisait des petits tours sur lui même, devant sa glace, tout en faisant des vocalises dansant sur un rythme que lui même semblait entendre dans sa caboche. J'étais figé sur le seuil, et c'est lorsque nos regards se croisèrent que je lâchais finalement un bon gros.

"Désolée j'ai dû me tromper de chambre."


Avant de fermer la porte. Je vérifiais le numéro sur la porte, ainsi que celui sur mon papier, c'était les mêmes, mais peut être que le neuf était un six qui s'était décollé et était tombé ? Je testais donc le numéro, voyant qu'il ne bougeait pas d'un iota, je poussais un soupir.

"Allons bon Jew... Dans quoi tu t'es encore fourré ? Tu partages ta chambre avec la bonne fée en personne..."

Je frappais cette fois ci à la porte, finissant par l'ouvrir.

"Heu... Hey ! En fait... C'est la bonne chambre. Je suis VRAIMENT désolé. La prochaine fois je... Je frapperai hein ! ça nous évitera... Ce genre de situation qui risque de me hanter un bon bout de temps..."

Je posais ma valise dans un coin de la pièce, fermant doucement la porte, avant de me présenter devant mon nouveau collocataire. Lui présentant ma main.

"Je suis Jewell enchanté. Tu faisais quoi devant ton miroir ? Tu es magicien ?"

Une véritable curiosité brillait dans mes prunelles. Enfin... Je n'avais aucune connaissance de la magie, peut être que la magie, c'était quelque chose de chorégraphié ? Qu'il fallait faire quelques pas de danse pour espérer que son sort marche ? Honnêtement, j'en avais aucune idée. Et tout était bon pour me changer les idées. Enfin... Moi aussi je devais lui faire peur, mon visage me brûlait à certains endroits, fallait dire que je venais directement de l'Île et que le dernier truc que j'avais fais avant de partir, c'était péter les dents à un mec. J'avais encore l'oeil gauche violacé, un pansement camouflait mon arcade. ENFIN c'était quand même moins surprenant qu'un gaillard faisant des pirouettes devant son miroir... Nooon ?
Revenir en haut Aller en bas
Romuald LeFay

Romuald LeFay

Enfant de : fils de Roland LeFay & Fée Dragée

Life is a soup and i'm a fork | Ft Romy  Empty
MessageSujet: Re: Life is a soup and i'm a fork | Ft Romy    Life is a soup and i'm a fork | Ft Romy  EmptyMar 3 Sep - 20:17


Depuis quelques semaines qu’il était arrivé à Auradon, Romuald devait reconnaitre que l’établissement était une vraie merveille. D’ailleurs, à son arrivée avec quelques autres enfant de l’île, l’établissement lui avait attribué une chambre double dont il était pour le moment le seul occupant. Cela ne le dérangeait pas trop d’ailleurs et il se souvenait très bien de ce qu’il avait pu ressentir en découvrant l’école. Il avait été abasourdi devant la structure du château, les haies taillées, les boiseries intérieur, les parquets, la moquette, les tapies. A coup sûr si il devait mourir aujourd'hui, il voudrai bien être enterré ici. Sans aucune hésitation. Et quand il avait découvert l’espace immense de la chambre, il était mort en effet. Quatorze fois au moins. son cœur - ou était-ce ses ailes frétillantes ? – lui avait hurlé "OUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII" chaque fois que ses yeux se posaient sur de nouvelles choses, les lits au draps moelleux, les bureaux propres et spacieux, la salle de bain gigantesque, le miroir de la chambre encore plus gigantesque, et les rebonds qu'il faisait dans sa poitrine auraient pu lui provoquer une centaine de crises cardiaques.

Ainsi chaque jour avait été un peu plus merveilleux pour Romuald qui avait enfin l’occasion de briller et de se retrouver à la place où il aurait normalement toujours dû être. Il suivait les cours avec assiduité, se montrait le plus exemplaire possible de peur que l’un jour on décide par malheur de le renvoyer sur l’île. La journée de cours terminé assez tôt, il avait regagné les dortoirs après avoir cherché sa sœur rapidement. Il n’était pour l’instant inscrit à aucun club, son cœur balançant entre plusieurs choix. Ah que les choses pouvaient être trop compliqué parfois. Il espérait tout de même avoir bientôt un camarade avec qui partager sa chambre, car même si il aimait bien sa tranquillité, il devait reconnaitre qu’il s’ennuyait un peu à l’occasion. Il faut dire que rester planté devant le grand miroir à examiner son reflet pour la 20ème fois de la journée pouvait le lasser lui aussi. Mais c’était aussi nécessaire pour s’assurer que ses boucles parfaites ne partaient pas en révolution et que son allure était celle d’un prince ou d’un fier chevalier plutôt que celle d’un gueux ou d’un vieux cafard. Heureusement il avait plus que fière allure avec son beau pantalon gris perle et son t-shirt vert mordoré. Oui, chez les Lefay, on est belles de père en fils… Ou de fils en père, c’est difficile à dire pour des fées…

Toujours face au miroir, Romuald avait commencé à esquisser quelques petits pas de danse, se balançant d’abord d’une jambe sur l’autre. C’était son petit moment de détente à lui, son petit plaisir coupable et puisqu’il était seul il devait bien en profiter ! Il avait continué ainsi à pirouetter dans la chambre, battant des bras, attrapant finalement la fausse baguette qu’il n’avait pu se résigner à abandonner sur l’île. Bon bien sûr il l’avait caché au fin fond de son sac et la dissimulait au fond de son placard pour que personne ne sache qu’il possédait un tel objet. Certes ce n’était rien de plus qu’un morceau de bois grossièrement taillé et peint en vert, avec une petite étoile en carton jaune accroché au bout, mais c’était avant tout un cadeau que Ronce lui avait fait quand ils étaient plus jeunes. Et pour rien au monde il ne s’en séparerait, jamais ! Désormais armé de sa baguette qu’il faisait tournoyer entre ses doigt comme il le ferait avec une épée, Romuald pouvait faire son show ! Aussi commença-t-il à chanter.

Je suis la fée Roroooo, ♫

La voix claire et nette, la note toujours juste, Romuald était lancé. Un coup de baguette, deux coups de baguette, petit déhanché, tortillement des fesses et on s'y remet.

j’exauce tous les vœuuuuux, ♪

Le rythme ce doit être un talent inné chez les LeFay. Un coup de baguette, deux coups de baguette, petit déhanché, un regard vers le miroir et son splendide reflet et il s'y remet.

mais seulement pour donner de la joie ♫

Un coup de baguette, deux coups de baguette, petit déhanché, tortillement des fesses et il finit de scander son hymne féerique.

car la joie … c’est merveilleuuuuuuux ! ♪

Une fausse note s’invita sur ce dernier mot, mourant en même temps que le souffle de Romuald soudain livide alors que son regard rencontrait celui d’un autre. Il sursauta lorsqu'il comprit ce dont il s'agissait. UN INTRUS ! On l’avait surpris ! Comment pouvait-on entrer ainsi sans frapper ! Oh Mère Nature ! Sucre Bleu !! Par Marraine !!! La vulgarité était assez rare de sa bouche, mais là, là... c'était le pompon sur la Garonne ! Voilà qu’on venait de lui faire le pire des affront avant de se retirer pour aller s’empresser de l’humilier publiquement vu sa chance ! Il écarquilla les yeux, pris d'un mouvement de panique, il tourna plusieurs fois en rond, en frottant fébrilement ses mains, ne savant même plus tenir ni ou mettre sa pseudo baguette. Puis l’on toqua à la porte, provoquant chez Romuald un nouveau sursaut de terreur, retenant fort heureusement un glapissement de terreur au fond de sa gorge

-Heu... Hey ! En fait... C'est la bonne chambre. Je suis VRAIMENT désolé. La prochaine fois je... Je frapperai hein ! ça nous évitera... Ce genre de situation qui risque de me hanter un bon bout de temps...

Oh, situation embarrassante, tu ne m'avais pas manqué. Dois-je vraiment te subir tous les jours ? Apparemment, oui. Il souhaiterait bien mourir à l’instant finalement tant la honte est grande. Seule Ronce connait son secret ! Et voilà que l’infamie vient le frapper de la pire des façons. Et par un enfant de l’île certainement ! Oh trahison ! Oh infamiiie ! Il en reste d’ailleurs totalement figé alors que l’autre garçon entre finalement et de poser ses affaires. Oh qu’il regrette déjà la solitude. Quelle idée a-t-il pu avoir de faire un tel vœu ?! Ce n’est qu’en distinguant finalement la main tendu devant lui que le jeune fée parvient à reconnecter deux neurones et à enfin déglutir et respirer. Oh qu’il est tentant de fuir en courant sur le champ… Il faut vraiment qu’il se force, pour murmurer, rouge de honte, serrant la main du garçon de manière des plus mécanique.

-Euuh… moi … Romuald… désolé pour… pour ça...

Il manque faire une nouvelle attaque alors que son colocataire tout frais commence bien évidemment à le questionner sur ce qu’il pouvait fabriquer. Mais pourquoi ?! Pourquoi ne plus jamais en reparler de toute leur vie et en reste là ? C’est une torture ! Machiavélique ! Aucun doute c’est un ancien de l’île.

-Je… Ehjebejej …

Est à peu près la réponse éloquente de Romuald, qui est incapable d’aligner deux mots cohérents, ou tout simplement compréhensibles, à l’image de sa réflexion qui se fait difficile. Comment peut-il expliquer ce qu’il faisait là de manière crédible ? Il en venait même à reculer jusqu’à tomber assis sur son lit, essayant de cacher cette fichue baguette magique.

-Euh… pas exactement. Je… Enfin j’aimerais bien… mais… Alors tu emménages c’est ça ?!

Changer de sujet et battre en retraite ! Oui voilà parfait. Il fallait qu’ils effacent ce moment qui n’était jamais arrivé et ne plus jamais en reparler. Oui ne plus jamais en reparler. L’idée était parfaite.
Revenir en haut Aller en bas
Jewell L. Sans-Terre

Jewell L. Sans-Terre

Enfant de : Fils du Prince Jean

Life is a soup and i'm a fork | Ft Romy  Empty
MessageSujet: Re: Life is a soup and i'm a fork | Ft Romy    Life is a soup and i'm a fork | Ft Romy  EmptyMar 24 Sep - 11:09

… J'ignorais dans quoi j'avais encore mit les pieds, je devais avouer que tomber nez à nez avec une fée qui secouait son popotin sur un rythme un peu idiot... ça avait de quoi perturber. Nos regards se croisèrent, un infime instant, on se regardait comme deux chiens de faïence. Puis j'avais pris la fuite, refermant la porte pour chercher ma VRAIE chambre. Ça pouvait pas être celle là, non ? Mais manifestement... je ne m'étais pas trompé. Le mal était déjà fait, et la chanson du fé magicien s'était déjà gravé dans ma tête... J'étais même sûr que ça s'était incrusté dans mon code adn... Nous allions être poursuivis sur des générations par cette petite chanson idiote qui rentrait dans la tête en quelques secondes. Je rentrais à nouveau dans la chambre, après avoir frappé comme un brave petit, cette fois, me glissant dans la chambre d'une démarche féline. Je pouvais voir la gêne dans le regard du jeune homme. Même gêne qui devait se retrouver dans mon regard. Je crois que le fé venait de rencontrer une erreur fatale et qu'il était en train de se rebooter. Enfin... il était figé depuis un petit instant... J'ignorais si les fées étaient comme ces petites chèvres que j'avais vu enfant, et qui faisaient semblant d'être mortes quand elles avaient peur. Théorie à tester... Enfin...Non... peut être pas. La peur c'était contagieux, et j'étais assez sujet à ce genre de petites choses. Je serre finalement la main de mon camarade de chambre qui avait trouvé entre temps l'opportunité de ressusciter ! Oh mon dieu... Un MIRACLE ! Bien... je n'aurais pas à le cacher dans le placard au moins. Enfin... Lindi disait souvent que pour faire disparaître un corps, il fallait l'enrouler dans un tapis et l'abandonner dans les bois. Parfois je me demandais comment tournerai cette gamine... Mais ce n'était pas le moment de s'en inquiéter, non ? J'offris un sourire sincère au jeune homme pour tenter de le mettre à l'aise. C'était pas parce que j'avais assisté à quelque chose que je n'aurais jamais du voir que ça allait mal se passer. J'aurais bien aimé me faire hypnotiser pour oublier ça. Mais c'était vrai que le déhanché du fé était assez hypnotique. Je haussais finalement les épaules.

« Enchanté Romuald ! Et ne t'excuse pas, c'est rien, ça arrive. Enfin... Heu... J'imagine ? »

En réalité j'étais pas sûre que le commun des mortels se tortillaient devant leur miroir. Quoi que... la danse, je pense que ça devait faire du bien, pour se défouler. Je crois que j'avais posé la question de trop, j'avais à nouveau fait rebooter mon colocataire, le fameux Romuald tenta d'aligner deux mots sans y parvenir. J'observais un instant son visage, me demandant, sincèrement, si il était pas en train de faire un AVC. Enfin... Il était mal à l'aise c'était sûr, et je m'en voulais de débarquer pour chasser son petit délire d'un coup de pied. Je penchais doucement la tête, croisant à nouveau son regard, poussant un petit soupir, avant de m'approcher, m'asseyant moi aussi sur mon lit, croisant les jambes, frottant mes mains sur mon pantalon, comme pour me donner du courage.

« J'ai peut être l'air idiot, mais j'vois quand on essaye de détourner la conversation. Je... Écoute, ce qui se passe dans cette chambre ne sortira pas d'ici, et puis c'est aussi ta chambre donc t'y fait ce que tu veux, si tu veux lancer des paillettes dans tous les coins, moi j'y vois pas d’inconvénient d'accord ? Alors bon... Je... J'espère que malgré ça, ça se passera bien et que tu m'en tiendras pas trop rigueur. »

Un petit sourire amusé finit par éclairer mon visage.

« Mais ouep, si tu veux tout savoir, j’emménage. J'ai quitté mon affreux chez moi ce matin... Et j'compte bien ne pas y retourner de si tôt ! J'espère que t'as rien contre les gosses de l'îles, Romuald. »

Je me relevais, sortant de la poche intérieur de ma veste une barre de chocolat lui lançant pour qu'il l’attrape. Quoi que... C'était une mauvaise idée je crois... Vu les réactions actuelles du fé qui avoisinaient le zéro... il avait toutes les chances de se prendre la dite barre dans la figure et de prendre ça pour une agression. Je me mordillais la lèvre, avant de lui tapoter le dos.

« Aller, c'est pour me faire pardonner d'être entré sans frapper. Ça te fera du bien un peu de chocolat. »

… Enfin j'espérais que le chocolat soit pas toxique pour les fées, ou un truc du genre ? Je me mis à ranger mes affaires avec application dans l'armoire qui était la mienne. Posant sur ma table de nuit un vieux cadre dont le verre était cassé, la photo était une de ces photos prises de Lindi, Triste Sir et moi. Ma famille. Mon père n'était pas présent, il était encore en train de se plaindre de sa situation. Je serrais les poings à ce souvenir. C'était pas un type inconnu à qui j'aurais dû refaire le portrait. Je serrais et détendais les poings pendant un moment, prenant une grande respiration avant de me tourner vers mon colocataire.

« Alors, tu viens d'où toi ? Moi je suis vraiment content d'être ici. Fallait dire que je viens d'un coin assez miteux, on va pas se mentir ! Tu sais si on voit bien les étoiles ? Moi j'adore ça, les étoiles, je trouve ça tellement beau ! »


Je sortais mon jeu de tarot, un vieux jeu aux cartes jaunies et pas particulièrement belles. Je me mis à battre les cartes, plus par habitude que par conscience réelle. J'adorais ce toucher tout particulier entre mes doigts. Un petit sourire fier de jeune lion libre flottait sur mes traits. J'avais réussi à me sortir de là. BON j'y étais pour rien hein... Mais c'était quand même jouissif. Je reposais le jeu de carte sur mon bureau.
Revenir en haut Aller en bas
Romuald LeFay

Romuald LeFay

Enfant de : fils de Roland LeFay & Fée Dragée

Life is a soup and i'm a fork | Ft Romy  Empty
MessageSujet: Re: Life is a soup and i'm a fork | Ft Romy    Life is a soup and i'm a fork | Ft Romy  EmptyJeu 10 Oct - 22:21

Lui qui avait été si tranquille, si heureux de venir à Auradon. Lui qui avait tant rêver ici de pouvoir enfin vivre libre, sans honte, sans se cacher. Sa vie avait pourtant était bien triste jusqu’à présent. Nulle vœux à exaucer ou princesses à protéger pour le mâle fée : il avait été relégué par son père aux tâches de héros et chevalier tel le digne successeur de l’entreprise familiale. On l’avait pourtant surpris dans la pire des situations. Chanter, danser, se trémousser c’était un truc de famille, un truc de fée même, mais sur l’île il s’était rendu compte que loin d’être une fierté s’était un moyen rapide pour qu’on se moque de lui ou vienne lui chercher la bagarre, lui qui avait horreur de toutes ses séances d’entrainements à l’épée qui étaient souvent mortelles pour son brushing. Alors Romuald avait pris l’habitude de s’adonner à ces petites crises aigues de féerite en privé, loin des regards du public, obligé depuis sa plus tendre enfance à cacher son talent pourtant immense. Et voilà que le drame se produisait après toutes ces années de travail acharné. Voilà qu’on venait de le surprendre, le popotin remuant en rythme devant son miroir tout en faisant des moulinets avec une baguette magique en papier mâché. Même lui savait qu’il était totalement ridicule à cet instant. C’était … Un désastre ! C'était... c'était... c'était l'effondrement du château de cartes qu’il avait passé douze ans à construire ! Et voilà qu’en une seconde, parce qu’on avait oublié de frapper, voilà que tout s'effondrait ! C'était l'enfer et la damnation ! Sa vie qui partait en ruines déchiqueté par ce sourire que son spectateur esquissait, lui donnant encore plus envie d’aller se cacher sous son lit ! Un tel sourire ne pouvait être simplement honnête ! Pas alors qu’il était couvert de honte parce que l’intrus avait été incapable de frapper ! Il lui avait pourtant serré la main, geste des plus mécanique, et avait même ô miracle réussi à prononcer son nom alors qu’il était paralysé dans un hurlement d’horreur intérieure. Mais la suite elle fut nettement moins brillante alors que le nouveau venu essayait de lui faire la conversation le plus naturellement du monde et que Romuald lui se décomposait toujours un peu plus sur place malgré la gentillesse de l’intrus. Ce n'est pas qu'il l'intimide vraiment mais il n’est pas du tout à l'aise le jeune fée mâle. Ce type l'a vu dans son pire moment, à savoir dans un moment de non virilité ultime, alors que lui avait simplement agit de manière logique et malpoli comme tout gosse de l’île. Du coup il a l'impression de se sentir inférieur Romuald - ce qu’il est sûrement, mais ça il préfèrerait l’oublier et de loin. La meilleure chose à ses yeux reste donc de changer de sujet, mais il n’a jamais su être vraiment subtile à ce jeu-là, Ronce le lui a souvent fait remarqué. Mais il s’obstine, et il boude même quand on vient lui faire remarquer que pour une fée, il a la subtilité d’une catapulte. Ce qui ne manque pas d’ailleurs.

-J'ai peut être l'air idiot, mais j'vois quand on essaye de détourner la conversation.

Oh misère. Romuald doit se retenir de tourner de l’œil à l’idée qu’il va entendre parler de cette histoire encore et encore au lieu de simplement l’oublier. Si seulement il avait un peu poudre de fée ou si il pouvait donner un petit coup de la baguette qu’il tient encore tout contre lui, comme si elle pouvait le protéger. Afin que tout soit oublié et effacé. Mais non, il ne peut pas. Ce n’est même pas une vraie baguette. Il en était là de son monologue interne, la moitié de ses neurones toujours en pleine panique, mais réussi tout de même à comprendre le mot paillette, écoutant finalement avec des yeux ronds le fameux Jewell qui lui souriait le plus naturellement et de la manière la plus terrifiante qui soit vu tous ses bleus.

-Hein ?!

La palme de l’éloquence pour cette journée revenait à Romuald il n’y avait pas à dire… Heureusement Jewell semblait avoir assez de bagou pour meubler sa pitoyable prestation alors qu’il se remettait encore du choc, les yeux toujours aussi rond à mesure des paroles de son nouveau colocataire. Si lui il avait quelque chose contre les enfants de l’île ? Ca bouche s’ouvre et se ferme sans qu’il comprenne. Parce que lui aussi il vient de l’île alors il ne comprends pas la question. Certes il préfère éviter certains des enfants de méchant mais d’un autre côté… il en côtoie un certain nombre depuis qu’il est trop petit. Est-ce qu’il est possible que Jewell le prenne pour un enfant d’Auradon ? Pour un fils de prince ? Un enfant d’ici ? Son cœur se réchauffe de bonheur à cette idée et un sourire vient apparaitre sur ses lèvres alors qu’il commence à se détendre enfin. Il le savait ! Il le savait que toujours bien présenter était important et que faire bonne impression était toujours une valeur sûre ! Il l’avait répété tellement de fois à Ronce ou à Govrie. Alors il se dépêche de le rassurer

-Je … non j’ai rien contre toi ! Ce… C’est pas gênant que tu viennes de l’île… enfin c’est toujours moins gênant que ce que tu as vu… je…

Il n’a rien contre lui malgré tout. Il n’ira pas lui chercher des ennuis ni ne s’amusera à venir lui jouer des tours. Il n’est pas comme ça. La bagarre c’est pas du tout ce qu’il aime. Il espère seulement juste que Jewell lui ne viendra pas s’en prendre à lui en se rendant compte de tout ça. Il rougit de nouveau. Il faut qu’il arrive à oublier l’humiliation qu’il a subit mais c’est difficile pour lui, alors il baisse un peu la tête, ne la relevant que en sentant quelque chose le frapper en plein sur le crâne, croisant le regard de Jewell, le sien reflétant sa profonde douleur face à cette agression totalement gratuite.

-Hey mais j’ai rien fait !

Ca commençait de plus en plus mal pour lui. Du moins jusqu’à ce qu’il ne comprenne le mot chocolat et ne remarque finalement que le projectile était finalement comestible. Oh une barre de chocolat ! Il en avait les ailes toute frétillantes tout en ramassant le cadeau de Jewell, attaquant sans attendre la sucrerie tout en observant son coloc déballer ses affaires, savourant le gout du chocolat avec un bonheur non feint, assis sur son lit finalement. Oh que ça faisait du bien. Sa mère lui avait donné quelque caramel pour le voyage mais il les avait tous fini désormais. Le sucre il n’y avait que ça de vrai ! Il s’était tout de même empressé d’avaler alors que Jewell revenait vers lui avec de nouvelles questions qui étaient loin de lui plaire autant. Il allait devoir avouer. Avoue qu’il n’était pas fils de prince malgré son allure. Avoué qu’on avait jamais reconnu ses affaires et qu’il n’avait jamais mérité sa place ici. Décidément ce garçon avait l’art de faire faire des montagnes russes à son petit cœur.

-Oh bah… en fait… je… je viens de l’île aussi. Je suis arrivé il y a pas longtemps… Donc si on doit pas se mentir… je… je viens d’un coin plutôt miteux aussi…

Jewell était un type sacrément bavard quand même, car il n’avait pas attendu pour enchainer sur d’autres questions sous le regard encore un peu interloqué mais de plus en plus curieux de Romuald qui le regardait sortir et commencer à jouer avec ses cartes.

-Euh… on a plutôt une bonne vue du ciel la nuit oui… Il n’y a pas tous les gros nuages comme sur l’île ici alors le ciel est souvent dégagé. Tu devrais te plaire ici tu verras ! Moi je me plait déjà. Et merci pour le chocolat au fait.
Revenir en haut Aller en bas
Jewell L. Sans-Terre

Jewell L. Sans-Terre

Enfant de : Fils du Prince Jean

Life is a soup and i'm a fork | Ft Romy  Empty
MessageSujet: Re: Life is a soup and i'm a fork | Ft Romy    Life is a soup and i'm a fork | Ft Romy  EmptyDim 13 Oct - 17:12


Je devais avouer que je n'avais pas prévu que ma relation avec mon voisin de chambre commencerait de la sorte. Le fé était assez discret, et n'arrivait pas à user de deux mots à la suite. Je pouvais le comprendre... Je l'avais surpris dans la pire des situations, et j'en étais désolé, vraiment. Je me doutais bien que ce n'était pas évident pour lui, alors j'agissais comme je le faisais toujours. En faisant mon Jewell. Le fé avait l'air ailleurs, comme si il était perdu dans ses pensés, dans un monologue intérieur INTENSE, ça c'était le moins qu'on puisse dire. Il avait ce regard qu'ont certains petits animaux effrayés. J'avais tendance à oublier que j'avais une sale gueule aujourd'hui, ça ne devait pas aider. Je me mordillais la lèvre, pensif. Avant d'être tiré de mes pensés par l'exclamation du fé. Je crois qu'il était parvenu à connecter deux neurones.

« Je disais que c'était ta chambre, tu peux y faire ce que tu veux après tout. »


Je passais une main sur ma nuque, assez gêné, c'était... Un exercice intéressant, de communiquer avec lui. Fallait dire qu'il était régulièrement perdu dans ses pensés, et n'écoutait qu'un mot sur deux. Mais là encore... Je pouvais le comprendre. Je relevais les yeux pour croiser son regard, prenant une attitude plus nonchalante, remarquant bien vite ce sourire satisfait sur la bouille de mon interlocuteur, visiblement quelque chose l'avait mit en joie. Je me contentais de hausser les épaules.

« T'en fait pas. C'était une belle chorée après tout, pis je vais prendre ça pour une petite danse d'accueil c'est tout. Pis si c'est quelque chose que t'aime faire, faut bien que je m'y habitue, non ? Mais... Je suis content que tu t'arrête pas à d'où je viens. »

J'aurais bien aimé lui faire un clin d’œil joueur... Mais je crois que ma paupière lourde et œdématié refusait de s'ouvrir. Donc on se contenterait juste des mots. Mon visage avait tendance à me brûler partout, fallait que je fasse avec et malgré lui. Alors que je lui lance une barre de chocolat, je croise son regard affolé et outré, un petit gloussement s'échappe de ma gorge, penchant doucement la tête pour l'observer.

« Nan c'est vrai t'as rien fait. C'est moi, j'ai mal visé, pardonne moi. Peut être que la prochaine fois tu rattrapera ce que je te lance. »

Il ramassa la dite barre, et ses ailes se mirent à vibrer dans un spectacle fascinant. A la lumière du soleil, la membrane de ses ailes donnait naissance à des reflets multicolores sur le sol. Ça bougeait... Je dûs faire un effort surhumain pour pas me jeter sur ces petites lumières. Bien se comporter, pas paraître trop bizarre, pourtant... ça bougeait, ça s'agitait. Je m'en approchais d'une démarche silencieuse, purement féline, posant un pied dessus pour faire disparaître la lumière, qui contre toute attente resta visible, rapidement mes mains allèrent rejoindre ce fameux point lumineux, perdu dans ma tâche ULTRA importante. La voix du garçon, un peu plus bavard après une bonne barre chocolatée -le chocolat y'avait rien de mieux- se fit entendre, me faisant relever le nez de ma besogne inutile, me redressant ni vu ni connu, époussetant mes vêtements, finissant par le regarder un peu surpris.

« Ah oui ? Tu viens de l'île ? Je l'aurais pas cru, tu présente tellement bien, on te croirait sortit d'un magazine ! Hé bien... »

Un sourire doux s'étala sur mon visage, alors qu'une mine malicieuse transforma mes traits, penchant doucement la tête pour l'observer.

« On va être bien ici... C'est une nouvelle vie qui s'annonce ! »

Il finit par ranger ses ailes, ou alors était-ce le soleil qui s'était caché derrière un nuage ? Il allait falloir que je me conditionne a ne plus sauter sur ces fichus points de lumière, je m'étais finalement installé sur le lit, battant mes cartes avec adresse. Je hochais pensivement la tête aux informations du jeune fé.

« Ce sera parfait... Je crois que j'ai jamais rien aimé plus que les étoiles, tu les regardes toi ? Oui... Oui je pense que je vais m'y plaire. Ça change de la maison. »

Je finis par lui adresser un sourire, lui offrant un signe de main signifiant un « c'est rien. »

« Bah... écoute, je connais rien de mieux qu'un peu de chocolat pour se requinquer. Ça fait du bien et ça remet les idées en place ! »

Je finis par me poser sur le lit de Romuald, battant toujours mes cartes, installé à côté de lui.

« Je sais tirer les cartes, tu veux connaître ton avenir Romuald ? Comme t'as l'air d'être un type cool, j'te le fais gratuit. »

J'avais l'habitude de faire payer mes services. J'avais aussi l'habitude de me faire régulièrement casser la gueule lorsque mes prédictions ne plaisaient pas. C'était la vie... Certains s'en sortaient en inventant des mensonges merveilleux, d'autres se devaient d'être honnêtes.

Revenir en haut Aller en bas
Romuald LeFay

Romuald LeFay

Enfant de : fils de Roland LeFay & Fée Dragée

Life is a soup and i'm a fork | Ft Romy  Empty
MessageSujet: Re: Life is a soup and i'm a fork | Ft Romy    Life is a soup and i'm a fork | Ft Romy  EmptyLun 25 Nov - 0:08

Romuald était resté abasourdie plusieurs minutes, incapable d’aligner plus de deux mots cohérent à la suite. Etait-ce un cauchemar ? Il l’aurait souhaité de tout cœur à cet instant, mais bien souvent la réalité était le pire des cauchemars pour le jeune fée maladroit. Et autant être honnête, il n’avait jamais rêvé un jour de se faire surprendre par son camarade de chambre, dans la situation la plus ridicule qui soit. Ca non. Et il était encore loin d’être rassuré et à l’aise par les paroles du nouveau venu autant que par son allure quelque peu… oui bon on avait l’impression que ce type venait de passer dans la caverne d’un dragon après l’avoir chatouillé de trop près… ou d’un tête à tête avec Ronce après lui avoir dit qu’elle tenait son épée comme une fillette…  Il ne faut jamais provoquer ou vexer une fée, jamais. Mais dans tous les cas Romuald restait bien penaud et bien mal à l’aise de cette situation, ne trouvant rien d’autre à bafouiller que quelques mots peu assuré.

-Oui enfin… c’est aussi ta chambre maintenant…

Il était hors de question que Romuald s’amuse à nouveau à jouer avec sa fausse baguette un jour. Pas dans cette chambre. Jamais plus. Et il ne se redandinerait pas devant son miroir avant… très longtemps ! Jamais plus non plus en fait ! On risquait à tous les coups de le surprendre à nouveau et cette fois il serait peut-être même démasqué devant toute l’école ! Il était d’ailleurs très tenté de fuir de la chambre pour aller se réfugier chez sa sœur et pleurer toute sa dignité en avalant la moitié d’un bac de crème glacé. Mais les quelques compliments de son nouveau colocataire parvinrent au moins à mettre un peu de baume à son petit cœur martyrisé, lui faisant oublier un instant son désespoir profond. Oui tout allait vite chez les fées quand il s’agissait de l’humeur… et il ne fallait parfois pas grand-chose. Même si les allusions à sa danse finirent bien vite par non seulement le faire rougir, mais par le laisser bouche bée tel un poisson hors de l’eau. C’était sa façon de se moquer de lui c’est ça ? Il se montrait faussement gentil peut-être ? Ce garçon n’arrêterait donc jamais de provoquer l’incompréhension la plus totale chez lui ?

-Mais t’habituer à quoi ? … Je… je vois pas de quoi tu parles… Et puis faut bien qu’on vienne tous de quelque part…

Pourquoi insister sur cet épisode hautement humiliant ? On avait pas dit qu’on ne parlait plus de ça ? Encore un peu et il allait vraiment fuir en courant. Ce garçon était véritablement très bavard… Et très curieux. Trop curieux peut-être… Romuald craignait soudainement de tout ce qu’il pouvait encore découvrir de compromettant sur sa petite personne. Pire… si il continuait il serait même forcer d’avouer que lui aussi venait de l’île. Peut-être qu’il pouvait demander une autre chambre ? Il n’avait pas imaginé dans sa joie de venir à Auradon que partager sa chambre exposerait fatalement tous ses secrets les plus honteux. Lui qui avait espéré pouvoir frayer et rencontrer tous les enfants de princes et princesses. Et peut-être enfin être reconnu comme n’ayant rien à faire sur l’Ile de l’Oubli. Ces réflexions intenses et capitales furent cependant vite coupé par la barre de chocolat qui s’écrasa au milieu de son front dans un bruit mat. Et ça faisait bien plus mal qu’on ne l’imaginait ! Ca il pouvait le dire, se frottant le front, déplaçant un instant la grande mèche bouclé et soyeuse qui barrait son front.

-Parce que tu comptes me lancer d’autres trucs aux visages ?!!

Sa voix avait légèrement dérapé du côté des aigus à cette idée, mais le fée avait réussi à se reprendre assez vite pour ne pas plus ressembler à un elfe pré-pubère qu’il ne l’était déjà. Mais qu’avait-il donc fait pour mériter ça ? Lui qui espérait qu’Auradon serait enfin sa chance, voilà qu’il tombait sur un type défiguré bien décidé à s’en prendre à son magnifique visage !!! Il avait l’impression de tourner de l’œil rien qu’à cette simple idée, touchant son front d’une main, cherchant la moindre trace de bosse sous ses doigts. C’est comme ça que ça commençait toujours ! Et puis sa peau n’était pas faite pour les coups et les bosses, il l’avait déjà assez expérimenté sur l’ile ! Pris ainsi dans une crise de panique aigüe, le fée ne connaissait qu’un seul remède efficace, engloutir la barre de chocolat qui l’avait si mortellement blessé pourtant. Savourant son butin, il ne se préoccupait plus de Jewell ou même de ses ailes qui battait inconsciemment de satisfaction, ne remarquant pas ainsi le jeu du garçon chassant les taches lumineuse coloré sur le sol. Du moins jusqu’à ce qu’il ne se tourne de nouveau vers lui et le trouve à moitié sur le sol, le regardant une fois de plus avec incompréhension. Quelque chose lui échappait ça c’était certain, mais il préféra ne rien dire, hochant simplement doucement la tête.

-Oui j’ai grandi sur l’Ile avec ma sœur… elle est ici aussi maintenant. Mais… tu le penses vraiment c’est vrai ? Tu trouves que je présente assez bien pour les magazines ?!

Des étoiles de bonheur et de fierté c’était immanquablement allumé dans ses mirettes. Peut-être que Jewell était un garçon plutôt gentil au fond. Ou du moins pas aussi terrible qu’il le laissait penser. Ou alors il se fichait juste de lui et allait de nouveau lui lancer quelque chose à la tête ? Cette fois Romuald était prêt à esquiver le moindre projectile et à se planquer derrière son oreiller si il le fallait ! Mais comme rien ne venait, il se laissa finalement aller à souffler et se détendre enfin un peu. Il  allait peut-être bien réussir à survivre finalement. Désormais chacun installé sur son lit respectif, la conversation repris, Romuald ne pouvant s’empêcher désormais d’observer cet étrange garçon avec de plus en plus de curiosité. Bon malgré son allure débraillée et sa tête qui faisait clairement peur, il semblait plutôt sympathique. Peut-être qu’il pourrait lui toucher quelques mots sur sa tignasse et sur toutes ses ecchymoses un jour… plus tard… quand il serait sûr de ne pas craindre pour sa vie. En tout cas cela se confirmait, il était bavard et Romuald se laissa finalement prendre au jeu.

-Moi ? Non je ne les regarde pas souvent. On ne pouvait pas les voir de l’Ile et mes parents m’ont toujours dit que c’était bien mieux de pouvoir les observer en étant au calme en pleine nature…

Le silence revint un instant, le fée continuant d’observer son nouveau camarade qui battait les cartes, se laissant hypnotiser un instant par le jeu de ses mains, se crispant très discrètement en le voyant finalement venir se poser sur son lit, se hâtant de glisser sa fausse baguette –celle qu’il serrait toujours contre lui tel un doudou- sous son lit pour ne pas que le garçon soit tenter d’en reparler ou de faire des commentaires dessus. Le laissant s’installer, il se glissa jusqu’à son oreiller, attrapant Chip qui dormait dessous pour le glisser sur ses genoux et ne pas l’écraser. Son écureuil n’aurait pas apprécier de toute façon et en sentant le contact des mains du fée, se roula en boule.

-Je sais tirer les cartes, tu veux connaître ton avenir Romuald ? Comme t'as l'air d'être un type cool, j'te le fais gratuit.

-Hmm ? … Oh pourquoi pas ? … Je… Alors tu es magicien c’est ça ? Tu peux lire l’avenir ?

C’était peut-être pour ça qu’il lui avait posé la question en arrivant après tout peut-être qu’il était magicien et espérait avoir trouvé un confrère ? Romuald ne s’était jamais fait tirer les cartes de sa vie, alors il était plutôt curieux de voir ce que ça pouvait donner. Et puis, ça permettait de faire un peu plus connaissance comme ça. Et de ne surtout pas reparler de ce qui s’était passé dans cette chambre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Life is a soup and i'm a fork | Ft Romy  Empty
MessageSujet: Re: Life is a soup and i'm a fork | Ft Romy    Life is a soup and i'm a fork | Ft Romy  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Life is a soup and i'm a fork | Ft Romy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ways to be Wicked :: Campus d'Auradon :: Les Dortoirs-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser