Forum Disney Descendants
 
Le deal à ne pas rater :
Nike FR : 25 % sur tous les articles
Voir le deal

Partagez
 

 Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shahin Skellington

Shahin Skellington

Enfant de : Fils de Jack & Sally Skellington

Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala Empty
MessageSujet: Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala   Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala EmptyMar 17 Sep - 0:48

La nuit était bien tombée, en fait il était déjà bien minuit passé. Une nuit claire, on aurait pu voir les étoiles si le campus d'Auradon Prep n'était pas aussi éclairé. Je venais de passer la porte et je ne me fis pas prier pour laisser Six allait se détendre les ailes. De toute manière, elle n'allait pas rester bien loin de moi. J'ai, il faut bien l'avouer, une confiance aveugle en ma chauve-souris de compagnie. Je pris la direction d'un lieu moins éclairé, la lumière n'étant pas vraiment le fort des petites bêtes nocturnes comme celle m'accompagnant partout. Loin de tout cela, je m'assis à même le sol, n'ayant aucune crainte pour mes vêtements. Après tout, que représentent quelques morceaux de tissus. Je regrettais en cet instant de ne pas avoir emporté ma guitare avec moi, j'aurais pu jouer tranquillement sans déranger mon colocataire et surtout j'aurai pu me détendre un peu. Ce n'est après tout pas que pour Six que je m'amuse à sortir de mon dortoir chaque nuit pour une promenade nocturne en solitaire. Le temps à Halloweentown est souvent assez sombre, du coup la nuit est un instant de détente parfait pour moi. Bon, il manque peut-être un peu de cimetière, mais on ne peut pas tout avoir dans la vie.

Six vint vers moi en virevoltant, elle semblait heureuse ce soir. Il faut dire qu'en règle générale, je sors bien plus tôt en sa compagnie, pour me permettre d'aller me coucher à une heure relativement décente. Pourtant ce soir, je n'en avais pas eu le temps et surtout pas vraiment l'envie. J'avais eu des devoirs pour les cours à terminer et je m'étais ensuite plongé dans mes idées pour les costumes de la pièce de théâtre du club. Il fallait bien que je fasse quelques plans avant de me lancer dans le gros du travail. Surtout que mettre une touche personnelle sans transformer tous les costumes à la sauce de chez moi, s'avérait être une affaire assez coriace. Le goût de la mode dans ma famille étant plutôt en patchwork lorsqu'il s'agit de la création de nos propres tenues, pas du goût de tout le monde quoi. Surtout pas des petits gosses de riches avec qui je me dois de partager mon espace vital ici. Peut-être que cela sera plus du goût des nouveaux arrivants. Je me découvrirait peut-être des affinités avec certains de ces enfants de vilains. Pour cela, il faudrait déjà que je tente de sortir de ma solitude volontaire et que je trouve en moi le courage d'aller à la rencontre de qui que ce soit. Je fis un signe de la main à Six, afin qu'elle aille chasser et qu'elle ait son repas quotidien. Ma bestiole reste après tout à mes yeux un animal sauvage, qui doit être capable de trouver sa nourriture par elle-même. Je la regardais en vol, j'étais toujours aussi fasciné par le vol silencieux dont sont capable les chauve-souris. Je me perdais dans la contemplation de son balai aérien mis en lumière par les étoiles et le premier croissant de lune de cette nuit sans nuage.
Revenir en haut Aller en bas
Chwalybog

Chwalybog

Enfant de : Son of Chernabog

Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala Empty
MessageSujet: Re: Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala   Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala EmptyMar 17 Sep - 19:15

Comme les nuits précédentes, Chwalybog n'arrivait pas à dormir... Il avait beau essayer, mais il n'arrivait pas à s'adapter au rythme de vie d'Auradon. Il faut dire qu'il avait toujours vécu la nuit et même s'il essayait de s'adapter à ces nouveaux horaires, il avait toujours du mal à supporter la lumière du jour. Il finissait donc la majorité de ses après-midi à dormir dans la bibliothèque. Il avait commencé par se tourner dans tous les sens dans son lit, mais le sommeil ne venait pas et il commençait à avoir peur de réveiller Tyrand, son camarade de chambre. Il soupira une dernière fois et s’habilla d’un pantalon noir avec quelques traces de terres, d’un t-shirt noir et sans oublier sa veste en cuir et son bonnet qu’il portait toujours.

Chwalybog se glissa discrètement à l’extérieur et s’étira se sentant enfin à l’aise, pour la première fois de la journée. Il allait profiter de ce moment de répit pour s’entraîner au vol….Enfin plutôt à essayer de tenir plus longtemps que dix minutes avant de s’étaler au sol. Oui les dernières tentatives se résumaient à ça… Cependant, il ne comptait pas abandonner ! Il avait entendu que Mal arrivait à voler sous sa forme de dragon et qu’elle n’était pas la seule, alors il n’y avait pas de raison qu’il n’y arrive pas à son tour. Il s’éloigna un peu de l’école, il ne voulait pas prendre le risque que quelqu’un le surprenne, car il était sûr à 90% qu’il n’avait pas le droit de sortir à cette heure-ci, mais surtout… Il devait l’admettre, il n’avait pas envie que quelqu’un le voit s’étaler sur le sol comme une crêpe…

Cette fois-ci, il avait décidé de grimper dans un arbre pour se donner un peu d’élan. Une fois qu’il était debout sur une branche, il profita rapidement de la vue (sans regarder vers le sol), puis Chwalybog fit apparaître ses deux grandes ailes aussi noires que celles de son père et semblables à celles des chauves-souris. Il les fit battre un coup, puis deux, pour s’assurer qu’il les contrôlait et aussi de leur puissance. Au fond, c’était toujours étrange pour lui, de sentir la présence de ces deux ailes dans le dos depuis son premier jour à Auradon, où elles étaient apparues pour le protéger du soleil. Cependant, il essayait de s’y faire, mais le fait qu’il n’avait jamais appris comment voler (et qu’il n’osait pas demander des conseils aux gens, à cause de sa timidité) ne rendaient pas les choses plus faciles. De plus, ses ailes étaient assez lourdes, donc il se fatiguait rapidement.  

Chwaly ferma les yeux et sauta dans le vide en battant des ailes. Cinq…Quatre…Trois…Deux….Un…. Il ouvrit les yeux et sourit en constatant qu’il ne s’était pas écrasé au sol. Il s’éloigna un peu plus du sol et alors qu’il profitait de la magnifique vue qu’offrait Auradon sous la lumière de la lune, il fut surpris de voir une chauve-souris se déplacer dans les airs. C’était la première fois qu’il en voyait une par ici. Il l’observa quelques instants pour essayer de calquer ses mouvements et grâce à ça il arrive à se déplacer plus facilement. Il ne pouvait s’empêcher de rire un peu, alors qu’il commençait à la suivre. Malheureusement ses ailes commencèrent à fatiguer et alors qu’il cherchait un coin pour essayer de se poser (tomber sans se faire trop de mal), il remarqua qu’un autre élève d’Auradon était de sortie et qu’il était juste en dessous de lui. Cela suffit pour perdre sa concentration et Chwaly tomba sur cet inconnu. Dès que sa tête ne tournait plus, Chwaly fit disparaître ses ailes et se releva d’un bond en essayant de retenir une grimace. Lui qui essayait d’être discret, il allait être la risée de l’école, c’était sûr ! Surtout qu’il s’était surement fait un ennemi au passage…

« Je… Je suis désolé, j’étais persuadé d’être tout seul et tu m’as surpris. »
Revenir en haut Aller en bas
Shahin Skellington

Shahin Skellington

Enfant de : Fils de Jack & Sally Skellington

Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala Empty
MessageSujet: Re: Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala   Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala EmptyMar 17 Sep - 23:56

J'observais encore et toujours le ciel clair et sans nuage dans la nuit. M'amusant à rechercher les constellations, mais surtout à tenter de renommer chacune des étoiles ayant un nom pouvant ressembler à un prénom. Je m'attendais presque à entendre Zéro aboyer en attendant que je lui lance un os pour qu'il me le ramène. Malheureusement, cela ne risquait point de se produire, puisque je me trouvais bien trop loin de mon domicile, de mon frère canin fantomatique. Mes yeux cherchaient toutes les deux secondes Six, je craignais toujours pour sa sécurité à Auradon, n'ayant aucune réelle confiance dans mes camarades pour savoir réagir de manière adéquate avec ma petite bête. Bon, il faut dire que peu de personne ont eu l'occasion de rencontrer Six, enfin que je ne leur présente Six. Déjà parce qu'en plein jour, elle est pelotonnée sous mes vêtements et fermement accrochée à mon épaule ou ma clavicule en train de dormir et surtout parce que je ne fais pas assez confiance à la plupart pour leur présenter. Je détournais mon attention du ciel en entendant du bruit venant des arbres avoisinants, le bruit fut assez bref, mais j'en cherchais la cause. Peut-être un lapin ou un animal plus grand, c'était l'avantage d'être assis silencieusement en pleine nuit, l'occasion de voir beaucoup d'animaux sauvages sans qu'ils ne prennent peurs. J'étais tellement pris dans ma recherche de vie sauvage autour de moi, que je ne me rendis compte de l'accident que lorsqu'il eut lieu.

Pour un accident, je dois dire qu'il est plutôt du genre inattendu, puisque je ne sentis qu'un poids me percuter violemment. Avant que je ne comprenne que le poids était en réalité un être humain qui venait de tomber du ciel. Pas que j'arrive à m'en étonner, après tout, la copine de notre roi peut bien se changer en dragon, alors pourquoi pas d'autres personnes ayant la possibilité de voler. Je ne me serais pas attendu à rencontrer une personne de cette manière, mais pourquoi pas. Alors que mon assaillant était encore complètement sur moi, sûrement en train de reprendre ses esprits, j'eus le temps une fraction de seconde de voir ses ailes avant qu'elle ne disparaisse et qu'il ne se relève d'un bond. C'était du coup un jeune homme qui m'avait percuté, je pus noter qu'il portait un bonnet alors que le temps ne le nécessitait pas, mais le reste de sa tenue était plutôt banale. Visiblement, je n'étais pas le seul à me croire tout seul dehors ce soir, puisqu'il venait de m'affirmer la même chose tout en ayant commencé par des excuses.

"Plus de peur que de mal. Moi c'est Shahin Skellington et je soupçonne comme je ne connais pas ta tête, que tu dois être l'un des derniers arrivés."

L'expression était sûrement très mal choisit quand on sait d'où je suis originaire, mais c'était tout ce qui m'était venu à l'esprit. Et comme mes capacités de communications restent assez limité en terme d'interactions sociales, je m'étais contenté de ce qui me semblait le plus sûr comme réponse, me présenter et énoncer les conclusions que j'avais tiré de mon examen de son visage. Puisque depuis le temps que j'étais à Auradon, j'avais eu le temps de croiser toutes les personnes présentes sur le campus en dehors des enfants de l'île. J'avais juste choisi de dire les choses de manière moins péjorative en lui exprimant ma conclusion. Après tout, je n'ai aucune idée si pour les enfants venant de là-bas, ils voient le terme d'enfants de l'île comme positif ou négatif ou même si ça les agace d'être toujours placés dans la catégorie des enfants de l'île et pas pour ceux qu'ils sont, des élèves d'Auradon au même titre que quiconque.

Je pris le temps de lever les yeux au ciel pour vérifier que Six était toujours dans les airs et c'était bien le cas. J'en aurais sûrement voulu à la personne me faisant face si cela n'avait pas été le cas. Qu'on me tombe dessus, ça passe encore, mais qu'on embarque ma chauve-souris dans une chute, j'aurais du mal à pardonner. Elle n'est pas uniquement mon animal de compagnie, mais aussi une amie qui me rappelle toujours mon chez moi. Les années à Auradon seraient bien plus difficiles si elle n'était pas à mes côtés jour après jour. En plus l'avoir comme animal me donne une bonne raison de faire le mur tous les soirs, même si la directrice m'a déjà maintes fois rappelé que je dois la faire sortir par la fenêtre pour qu'elle aille chasser et que je n'ai pas à l'accompagner dehors. Je m'en contre-fiche.

"Comme tu m'es tombé dessus si sauvagement, tu pourrais me dire comment tu es arrivé au-dessus de moi et ce qui a conduis à ta chute?"

J'avais tenté de mettre une pointe d'humour dans mes paroles, tout en sachant que faire de l'humour n'était pas vraiment mon fort et que j'avais des chances qu'il ne note même pas l'effort de mettre un peu de taquinerie dans le ton de ma voix. Mon humour n'était clairement pas du goût de la plupart des gens et je m'abstenais d'en faire en dehors des nuits d'Halloween. Je levais une nouvelle fois les yeux à la recherche de Six, c'était plus fort que moi de vérifier que tout allait bien pour elle. Puis mes yeux se reposèrent sur mon camarade. Allait-il répondre à ma question ou s'esquiver par une pirouette ? J'avais volontairement omis de parler des ailes que j'avais pu voir, ne voulant le mettre mal à l'aise d'entrée de jeu. Pourtant j'étais curieux et je voulais savoir. D'un sens, je méritais de savoir, puisque j'avais servi d'amortisseur de chute.
Revenir en haut Aller en bas
Chwalybog

Chwalybog

Enfant de : Son of Chernabog

Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala Empty
MessageSujet: Re: Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala   Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala EmptyMer 18 Sep - 11:05

Après la chute, Chwalybog avait encore un peu de mal à reprendre tous ses esprits. Malgré le fait que cet inconnu avait en parti amorti le choc. En fait, c'était aussi un des éléments qui l'empêchait d'avoir un esprit clair. Lui qui avait toujours évité les contacts avec les gens, venait de tomber littéralement sur un garçon ! Alors, ok, il n'était pas doué pour faire des rencontres, mais il était persuadé qu'écraser quelqu'un n'était pas une bonne méthode pour une première rencontre ! En fait, non, il était sûr que ce n'était pas possible de faire pire comme premier contact... C'est pourquoi il était un peu nerveux en ce moment, surtout qu'il se doutait qu'il n'avait pas le droit d'être dehors à cette heure ci. Cependant les premiers mots que lui adressait cet inconnu le rassura. Il n'avait pas l'air d'avoir mal pris de s'être fait écrasé et ne comptait pas demander réparation par un combat. C'était surement un enfant d'Auradon. Confirmation ! Skellington ! Mon père m'en avait parlé, il disait qu'il avait entendu qu'un certain Jack Skellington était le "roi" d'Halloweentown et que c'était un endroit où la musique était omniprésente !

"Euh ouai, je suis arrivé il y a quelques jours de l'île. Je suis Chwalybog, le fils de Chernabog."

Contrairement à certains, Chwaly n'avait pas honte de son héritage de "méchant". Il n'avait jamais connu que son père et il avait toujours été bon avec lui, à lui apprendre la musique, à l'éduquer et surtout à être là pour lui. Contrairement à d'autres enfants de l'île, il savait qu'il avait beaucoup de chance, tous les "méchants" n'étaient pas aussi bon que son père. Et pour être tout à fait franc, il ne considérait pas son père comme un vrai méchant. Ce dernier était simplement le dieu de la nuit, alors peut-être qu'il était terrifiant quand il était de l'autre côté de la barrière, ou qu'il s'en est pris à la mauvaise personne comme Hades, mais ça, Chwaly ne le saurait jamais.


Chwalybog remarqua que Shahin ne le regardait plus, il leva donc la tête pour essayer de suivre ce qui l'intéressait et remarqua la petite chauve-souris. Il était rassuré de ne pas l'avoir embarqué dans sa chute. Pas sûr que la petite créature aurait supporté cet accident...

"Je ne savais pas qu'il y avait des chauves-souris ici."


Lorsque Shahin reparla de la chute, Chwaly détourna le regard légèrement. Si à l'école, ils apprenaient ce qui c'était passé ce soir, il allait être le centre des moqueries... En particulier des enfants de l'île, il en était persuadé. Même s'il ne s'était pas fait d'ami sur l'île, il arrivait souvent à entendre leurs messes-basses à son sujet... Il se moquait de lui à cause du fait qu'il ne s'approchait de personne, certains affirmaient que le fils de Chernabog n'était qu'une poule mouillée, ou qu'il se sentait supérieur à tout le monde. D'autres se moquaient en affirmant qu'il n'était peut être pas le fils de Chernabog, puisque sa mère l'avait abandonné... Donc les moqueries, il connaissait, mais il espérait qu'à Auradon, il arriverait à les éviter.

"Ben... Je voulais m'entraîner à voler... Et je cherchais un coin pour atterrir... Vu que mes ailes sont assez lourdes, je n'arrive pas à voler longtemps... "

Chwaly pouvait bien lui admettre qu'il avait du mal à manipuler ses ailes sur le long terme à cause de leur poids... Il lui était déjà tombé dessus, au moins en lui expliquant un peu plus, cet accident paraîtrait moins ridicule. Ou en tout cas, moins que si Shahin pensait qu'il lui était tombé dessus simplement parce qu'il était maladroit.

"Quand je t'ai vu, ça m'a fait perdre ma concentration, je ne m'attendais pas à voir quelqu'un à cette heure-ci... Euh désolé?"

Lui qui n'avait pas l'habitude de s'excuser, deux fois en une minutes, ça commençait à faire beaucoup... D'ailleurs il se rappela que si techniquement, il n'avait pas le droit d'être là, Shahin non plus.

"Et toi? Pourquoi tu es dehors à cette heure-ci?"

En posant cette question Chwaly essaya de se redonner un côté plus sûr de lui. La règle principale qu'il avait appris sur l'île : "Ne pas avoir l'air d'être faible" et il avait déjà échoué à cause de la gêne (et la honte) d'être tombé sur Shahin. Il faut dire, ce n'est pas facile de ne pas se sentir ridicule après un accident comme celui-ci. D'ailleurs, il profita d'avoir retrouvé un peu ses idées pour questionné Shahin sur ses origines, après tout il lui avait bien révélé qui était son père et surtout... Il voulait vraiment savoir si ce que son père lui avait dit été vrai. Si c'était le cas, il espérait qu'un jour il pourra voir cette ville, rien que pour écouter un nouveau style de musique.

"Au fait, Skellington, comme Jack Skellington? D'Halloween Town?"

D'ailleurs, si Shahin était bien le fils du roi d'Halloween Town, ça voulait dire qu'il était un prince ! Au fond de lui, Chwaly commençait à espérer que ce n'était pas le cas ! Il risquait gros s'il avait blessé un prince !
Revenir en haut Aller en bas
Shahin Skellington

Shahin Skellington

Enfant de : Fils de Jack & Sally Skellington

Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala Empty
MessageSujet: Re: Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala   Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala EmptyJeu 19 Sep - 1:15

Je ne fus pas le plus étonné lorsqu'il me répondit par l'affirmative qu'il venait bien de l'île et j'appris par la même occasion son identité, Chwalybog, fils de Chernabog. Ce n'était pas un nom particulièrement connu pour moi, mais en même temps, je ne m'étais jamais vraiment intéressé aux méchants enfermés sur l'île. Je connaissais les grands noms dont on parlait souvent mais mes connaissances s'arrêtaient là. Avant que le roi ne décide d'ouvrir la barrière, être renseigné semblait assez surfait, surtout que nous n'avions pas le droit de nous y rendre pour leur souhaiter un heureux Halloween à notre façon. Du coup, le nom de son paternel m'était parfaitement inconnu. Peut-être que si cette rencontre hasardeuse se passait bien, je lui demanderais plus de détails sur sa famille. Je restais tout de même sur la réserve, je n'avais après tout aucune certitude de ce qui allait découler de cette rencontre fortuite. Après tout, maintenant qu'il avait mon identité, il pourrait très bien aller rapporter mes manquements aux règlements à n'importe qui. Pas que cela me poserait problème, étant déjà bien assez connus par les professeurs et la directrice pour mes manquements, mais essentiellement en terme de comportement. Ce n'est pas pour rien, que je suis en cours de soutien de bonté, je n'ai pas la même notion de bonté que la plupart des élèves d'Auradon.

Sa remarque suivante aurait presque pu me faire sourire, c'était une remarque que j'avais déjà entendu par le passé. Et pour cause, je n'avais vu aucune autre chauve-souris hormis Six dans les parages. C'était sûrement dû à la lumière, peut-être trop vive pour elles dans la cité d'Auradon ou alors c'était que les chauve-souris avaient un bon instinct de survie et préféraient de loin vivre en campagne. Loin de l'agitation de la ville, puisque même en pleine nuit, il est toujours possible de voir des personnes trainer dehors. La preuve en est que Chwalybog et moi étions là. Je ne pensais pas qu'une chauve-souris puisse en avoir quoi que ce soit à faire, mais notre présence peut bien faire fuir des proies potentielles et rendre la chasse d'autant plus complexe.

"En fait, des est un grand mot, en chauve-souris, il y a Six. Celle que tu vois là, c'est ce que certains aiment à appeler un animal de compagnie."

Mes mots avaient été choisi avec attention, puisque pour moi, Six n'était pas qu'un simple animal de compagnie que je gardais en cage et que je présentais comme un trophée. A l'image de Zero pour mon père, Six était pour moi une amie et la plus loyale que je pourrais jamais avoir. Bien que des amis loyaux j'en ai, du moins, j'en ai pour sûr une en la personne d'Edith, les autres ont rarement le droit aux titres très précieux d'amis, ils s'apparentent plus à des camarades ou des connaissances. L'amitié pour moi est une chose rare qui se mérite. Cependant quand on vient d'Halloweentown, il est difficile de se faire des amis qui n'ont pas des préjugés sur notre contrée d'origine. Chawlybog finit par me répondre à ma demande sur sa chute et je pouvais comprendre qu'il le fasse en pleine nuit. Je comprenais aussi que comme la magie était inactivée sur l'île, il ne devait avoir ses ailes que depuis peu de temps. Il était en pleine période d'adaptation, comme moi lors de ma première sortie de chez moi, lorsque pour la première fois j'avais eu un corps fait de chair et d'os. Bien que le challenge était moins complexe pour moi que d'apprendre à voler, je connaissais après tout mon corps, la seule différence était sa consistance. Sa phrase suivante, je la comprenais également parfaitement, qui s'attendrait à voir quiconque dehors en plein milieu de la nuit, pas moi, je dois bien l'avouer. Bon s'il avait pu éviter de se crasher sur moi, ça aurait été mieux, mais quelques choses me disait qu'il aurait préféré que ce ne soit pas le cas. Pour la suite, je pensais presque avoir répondu à sa question en lui parlant de Six, mais j'allais tout de même faire un effort pour expliciter les choses. La conversation ne semblait pas être trop mal engagée et il était bon de découvrir une nouvelle personne.

"Je vois, je suppose que les ailes c'est nouveau pour toi ? Comme sur l'île pas de magie, pas d'ailes, enfin je présume. C'est pas comme si on avait plus eu un droit de passage que vous."

Je ne savais pas moi-même si c'était simplement un fait que j'exprimais sur mes dernières paroles ou un regret. Pas que je regrette d'être né à Auradon ou d'avoir grandis à Halloweentown avec mes parents. Je me demandais juste pourquoi nous avions tous été privés de la possibilité de connaître les autres pour une raison aussi stupide que les parents des uns ou des autres avaient fait des choix différents dans la vie ou portaient sur l'existence une vision différente du commun. Après tout Maléfique était elle à punir d'avoir voulu punir les parents d'Aurore pour l'avoir volontairement mise de côté, j'en doute, même si ses actes étaient indéfendables, elle agissait peut-être avec des intentions justes de son point de vue. Je me donnais une claque mentale, il n'était pas temps de me lancer tout seul dans un débat sur la justesse ou non de la création de l'île. Pour me changer les idées, je me décidais à répondre à sa question précédentes lorsqu'il renquilla avec une nouvelle sur mes relation avec mon père et ma ville. Bon finalement, une réponse double allait être plus simple à faire que répondre séparément à ses deux questions.

"Je suis dehors pour laisser Six vivre sa vie d'animal sauvage, chasser, se détendre les ailes et tout ce qu'elle veut faire. J'aime aussi être dehors la nuit, ça me rappelle chez moi, il fait souvent sombre à HalloweenTown, du coup, j'ai un goût assez prononcé pour la vie nocturne. Ce qui répond sûrement à ta question sur HalloweenTown et pour la première, oui, comme Jack Skellington. C'est mon père."

N'ayant aucune raison de nier et aucune envie surtout, mes origines et mes liens avec mon père, je n'étais pas passé par quatre chemins pour lui annoncer. Maintenant, il me restait à voir sa réaction, puisque les enfants d'Auradon n'avaient pas tous été enjoués de voir débarquer un mec d'HalloweenTown lorsque mes parents m'avaient envoyés ici pour la première fois. Il faut dire que je ne suis pas vraiment un modèle et que je ne veux pas en devenir. Pour voir des enfants modèles d'HalloweenTown, il vaut probablement mieux voir l'une des mes nombreuses soeurs, bien que je ne le sache pas réellement, puisque moins je les vois et moins je leur parle, mieux je me porte. En pensant à cela, je me demandais comment cet enfant de l'île pouvait connaître les noms de mon père et de ma ville. Puisque nous étions interdits de nous rendre sur l'île pour Halloween, ce n'est pas par réputation pour ces moments-là, mais alors comment?

"Comment cela se fait-il que tu connaisses le nom de mon père et HalloweenTown?"

Et oui, la curiosité venait de l'emporter sur ma réserve naturelle. Je ne pensais pas que quiconque hormis Oogie Boogie connaisse le nom de mon père et de ma ville. Peut-être que Chwalybog connait cette personne ou son ou ses enfants. Je n'en aurais la certitude que lorsqu'il me répondra, mais voilà que s'il connaissait le ou les enfants de ce personnage, je ne saurais comment réagir. Je devais bien avouer que si enfant il a, je n'ai pas très envie de les rencontrer. Je connais trop bien l'histoire de mes parents et le perce-oreille m'a aussi raconté la sienne pour que je n'ai pas envie de croiser ses enfants. Personne n'est parfait et je dois bien avouer que sur ce coup-là, j'ai des préjugés, peut-être que je pourrais laisser une chance, mais même pas sûr.

"Je ne connais pas du tout Chernabog, mais je dois dire que je ne me suis pas renseigné sur les histoires des personnes envoyées sur l'île. On pensait tellement tous que jamais personne n'allait en sortir que c'était un peu sans intérêt et maintenant que vous êtes tous là, l'intérêt n'y est pas, vous n'êtes pas vos parents."

Ne me demandait pas pourquoi j'en étais venu à lui déblatérer un truc pareil, je ne pourrais répondre. Je me contentais de laisser le flot de parole s'exprimer, sans penser aux conséquences possibles. J'étais peut-être de nature un peu trop franche ou alors juste idiot. Je ne voyais pas de mal à lui avouer que connaître l'histoire de personne qu'on ne rencontrerait jamais n'avait pas d'intérêt et puis il est tellement plus intéressant d'en apprendre plus sur les gens par eux-mêmes, du moins quand on a envie d'avoir une vie sociale, ce qui n'est pas mon cas. Ce que j'apprends sur les autres généralement, ça m'est utile pour les nuits d'Halloween, pour mieux cibler la préparation et rendre les choses amusantes versions HalloweenTown. Bien que toute la ville se soit promis de ne pas réitérer le fiasco de la nuit de Noël. On a failli gâcher la fête d'un autre, on ne veut pas gâcher notre propre nuit de gagne pain et de plaisir. Mes yeux recherchèrent une nouvelle fois Six, qui était à peine visible, se déplaçant avec vitesse et agilité dans les airs.
Revenir en haut Aller en bas
Chwalybog

Chwalybog

Enfant de : Son of Chernabog

Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala Empty
MessageSujet: Re: Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala   Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala EmptyJeu 19 Sep - 11:08

Chwaly observait la réaction de Shahin lorsqu’il avait abordé le sujet de son père. Il n’avait pas l’air inquiété, contrairement à une bonne partie des autres enfants d’Auradon, lorsque l’un d’entre eux évoquait le nom de leurs parents. Peut-être qu’il ne connaissait pas son père, ou tout simplement qu’il s’en moquait car il ne faisait pas partie des méchants les plus connus. Ce ne fut pas la seule chose qu’il constata en regardant le jeune Skellington. Ce dernier n’avait pas l’air complètement à l’aise, comme si au fond il craignait que quelque chose de négatif découle de cette conversation… Ou peut-être que c’était à cause de l’accident… Chwaly pouvait le comprendre, personne ne devait être de bonne humeur ou ne pas s’attendre au pire après que quelqu’un vous soit tombé dessus…Ou c’était tout simplement que son interlocuteur était aussi timide que lui, mais ça, Chwaly n’oserait jamais demander.

Lorsque Shahin déposa son regard sur la petite chauve-souris, il fit de même. C’était intéressant d’en voir voler une de si près. De plus, ça pouvait l’aider à apprendre à mieux manipuler ses ailes. Il était tellement plongé dans son observation qu’au départ il avait mal compris la réponse de l’autre. En entendant « six » il avait pensé qu’il y avait précisément six chauves-souris à Auradon, mais en se concentrant sur Shahin, il comprit rapidement que c’était le nom de celle-ci et qu’elle était son animal de compagnie.

« Ça doit être sympa d’avoir un animal de compagnie. Je n’en ai jamais eu. »

Avoir un animal de compagnie devait permettre de créer un lien important, de ne pas se sentir seul. L’idée lui plaisait, surtout qu’il se sentait souvent seul à Auradon. Certes sur l’île il n’avait pas d’ami non plus, mais au moins il y avait son père, avec qui il pouvait parler et écouter de la musique. Pour l’instant ici, il n’avait personne et sa timidité et surtout sa peur de l’abandon l’empêchait d’aller à la rencontre de nouvelles personnes. Peut-être qu’à Auradon, il arriverait à surmonter cela, la preuve il parlait bien à quelqu’un en ce moment même… Bon certes, si Chwaly ne lui était pas tombé dessus, il ne se serait jamais approché de Shahin pour engager une conversation. Au fond, c’était agréable d’avoir une vraie conversation avec quelqu’un. Surtout que son interlocuteur n’avait pas l’air de le juger de par son origine. C’était assez étrange pour Chwaly, mais bon il commençait à se détendre avec cette ambiance donc il ne voyait aucune raison de ne pas profiter de ce moment. Il avait même l’impression que Shahin voulait en savoir un peu plus sur lui, lorsqu’il lui posa la question sur ses ailes. Même s’il avait déjà deviné la réponse. Après tout, c’était connu que la magie ne fonctionnait pas sous la barrière, pas même celle des dieux. Au fond, ce n’était peut-être pas plus mal dans certains cas, Chwaly imagina comment aurait été l’île si tout le monde avait encore ses pouvoirs… La première chose qui lui vint à l’esprit fut Maléfique, sous sa forme de dragon qui brûlait tout… Ouai… La vie sur l’île n’était pas extraordinaire, mais ça aurait pu être tellement pire !

« Ouai, je n’avais jamais pensé à en avoir avant qu’elles apparaissent lorsque je suis arrivé à Auradon. J’admets que j’aurais aimé voler aux côtés de mon père, mais c’est surement mieux ainsi. L’île aurait été tellement pire si les parents avaient eu accès à leurs pouvoirs. »

Chwalybog devait aussi l’admettre, s’il n’avait jamais pensé qu’il aurait des ailes, c’est aussi parce que les paroles des autres enfants de l’île qui affirmaient qu’il n’était pas le vrai fils de Chernabog l’avait plus touchées qu’il ne l’admettait en vrai. Il ne connaissait pas l’identité de sa mère. Son père n’avait jamais voulu lui révéler, alors c’était normal qu’avec les rumeurs, il avait commencé à avoir des doutes… Cela n’avait pas influencé sur leur relation. S’il y avait une chance que Chernabog n’était pas son vrai père et qu’il l’avait seulement adopté, il avait toujours été là pour lui et il l’avait aimé, cela lui suffisait amplement. De plus, son père lui avait expliqué qu’il ne voulait pas révélé le nom de sa mère, car il ne voulait pas que Chwaly court après une femme qui l’avait abandonné et qui ne cherchait pas à le retrouver après toutes ces années et au fond, il avait surement raison en pensant que c’était la meilleure solution. Lorsqu’il était petit, Chwaly avait souvent regardé les femmes adultes d’en l’espoir qu’un jour, l’une d’elle vienne le voir pour l’informer que c’était sa mère. Avec les années, il avait abandonné ce rêve stupide. De plus, lui et son père formaient déjà une famille, il n’avait pas besoin de plus. Cependant, lorsqu’il était arrivé sur l’île et que ses ailes étaient apparues, il avait senti un soulagement, ainsi qu’un sentiment de fierté : elles étaient la preuve qu’il était réellement le fils de Chernabog.

Chwaly comprenait mieux pourquoi il n’était pas seul ce soir et il comprit que Six était plus qu’un animal de compagnie pour Shahin, sinon il ne la laisserait pas libre de voler et de chasser. Il doit avoir une entière confiance en elle, pour ne pas avoir peur qu’elle ne revienne jamais. Ou peut-être qu’à Auradon, c’était normal de donner autant de liberté aux animaux de compagnie et qu’ils restaient toujours fidèle à leur propriétaire. C’était la première fois qu’il était si proche d’un animal de compagnie et surtout la première fois qu’il abordait le sujet. Chwalybog sourit légèrement en entendant que Shahin préférait lui aussi la vie nocturne. Jusqu’à ce soir, il était persuadé d’être le seul à préférer la nuit, tous le autres élèves aimaient tellement s’installer dehors, profiter du soleil… La curiosité emportait sur sa timidité, il voulait lui poser des questions sur sa ville d’origine, savoir si les rumeurs étaient vraies, mais la dernière réponse de Shahin cassa son élan… Certes, il se doutait qu’il était le fils de Jack Skellington, mais s’il était un prince, il espérait qu’il n’aurait pas de soucis pour l’avoir écrasé…. Cela ne le rassurait pas vraiment, mais bon il allait quand même lui expliquer ce que son père lui avait raconté.

« Mon père adore la musique et il avait entendu parler d’HalloweenTown, il me l’a décrit comme une ville où la musique était omniprésente, c’est vrai ? Il avait entendu aussi des rumeurs comme quoi un certain Jack Skellington en était le roi. »

La nouvelle réponse de Shahin confirma son hypothèse précédente, s’il n’avait pas réagi au nom de son père, c’est qu’il ne le connaissait pas. D’ailleurs ces paroles le surprirent. Ici, il n’entendait que les gens se présenter en disant être le fils ou la fille de tel prince, princesse, personnage héroïque et c’était pareil du côté des enfants de méchants. Il était franc, mais ce n’était pas plus mal. Le fait que Shahin ne joue pas un rôle avec lui, lui permettait de se sentir à l’aise.

« Je comprends. J’admets que nous on connaît le nom de pas mal des parents d’Auradon, car sur l’île les parents aiment bien se plaindre, les maudire, mais c’est tout. Nous non plus, on ne pensait pas qu’un jour on allait pouvoir sortir. Non c’est vrai, on n’est pas nos parents et c’est pareil pour vous, même si pour être franc, je suis fière d’être comme mon père. Je ne sais pas comment il était sur le mont chauve, mais j’ai du mal à l’imaginer comme un « méchant » comme Maléfique ou Cruella D’Enfer. »

Chwaly fini par s’assoir pour être plus à l’aise et reporta son attention sur Six. Il la voyait s’éloigner de plus en. Vu qu’il se sentait bien, il se permit même de faire une blague.

« Je t’aurais bien proposé de te porter pour la suivre dans les airs, mais on risquerait de finir dans un arbre. »
Revenir en haut Aller en bas
Shahin Skellington

Shahin Skellington

Enfant de : Fils de Jack & Sally Skellington

Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala Empty
MessageSujet: Re: Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala   Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala EmptySam 21 Sep - 3:54

Je me posais pas mal de questions sur Chwalybog, mais loin de moi l'idée de le pousser à me dire quoi que ce soit. En fait, c'était sûrement en ça que j'étais différent de ma famille, ils étaient tous si avenant alors que je me montrais bien plus renfermé. C'était pas faute pourtant d'avoir presque toute ma vie été traité en prince de la ville. J'aurai dû m'ouvrir aux autres, être à l'image de mes parents. M'enfin là n'était pas la question, je venais à peine de rencontrer le garçon face à moi, en fait il m'avait plutôt rencontré violemment, ce dont je me formalisais peu. Dans les faits, il aurait pu me tomber dessus plus méchamment que ça n'aurait rien changé pour moi, merci le fait d'être d'HalloweenTown et de n'avoir d'enveloppe charnelle qu'en dehors de chez moi. Je lui parlais tout à mes réflexions internes, je pouvais très bien gérer la pensée d'un côté et les paroles de l'autre. Même s'il devait sentir que je n'étais pas complètement détendu, mais qui peu bien l'être face à un inconnu. Il me fit savoir qu'il n'avait jamais eu d'animal de compagnie et qu'il pensait que ça devait être sympas. Je n'avais jamais vraiment pensé à la possibilité que sur l'île, les animaux de compagnie n'étaient pas très communs, je ne pouvais pas dire que je pensais qu'ils étaient inexistant puisqu'une fille était bien arrivée avec un crocodile, alors des animaux, il doit bien y en avoir.

"C'est une relation profonde, à mes yeux plus forte que l'amitié. Mon opinion est peut-être faussée par le fait que j'ai grandi avec à la maison Zéro, le chien de mon père."

Après tout, je ne pouvais pas affirmer savoir ce qu'était la vie sans un animal de compagnie, puisque celui de mon père vivait en continue avec nous. Parfois il décidait de retourner faire un tour dans sa tombe, mais c'était assez rare. Zéro sera éternellement un chien joueur et amical, aimant être auprès de mon père. Je ne me leurrais pas sur le fait que Zéro était à mon père et non à toute la famille, mais c'était mon frère et il acceptait de venir avec moi. Il avait même parfois eu le rôle de baby-sitter selon moi, puisque mon père l'envoyait souvent avec moi lorsque je me déplaçais sans lui dans la ville étant enfant. Pas qu'il y avait de quoi s'inquiéter, personne ne s'en prendrait jamais à moi, j'étais un Skellington et mon père était bien trop respecté. Le fils de vilain répondit finalement à ma question qui n'en était pas vraiment une sur ses ailes. Voilà bien un sujet qui m'intéressait. Lorsqu'il me parla de son père, je pus sentir dans ses mots qu'il aurait réellement voulu partager ce moment avec lui. Ce qui me laissait croire qu'ils étaient assez proche tous les deux. Rien qui ne m'étonne vraiment, partant du principe qu'un méchant peut très bien traiter correctement son ou ses enfants. Je trouvais cela dommage qu'il ne puisse jamais faire cette expérience, qu'on le prive ainsi de moments avec sa famille, alors qu'il n'avait rien demandé. Quel enfant avait demandé à naître sur l'île? Bon d'un autre côté, je pouvais aussi comprendre le point de vue exprimé par la suite. Il est vrai que si tous les méchants avaient gardés leurs pouvoirs en allant sur l'île, ça n'aurait pas été une île bien longtemps et la population n'aurait sûrement pas survécu très longtemps face aux conflits entre les uns et les autres. Après tout entre les méchants se prenant pour des rois ou des reines, ceux avec de grands pouvoirs, les dieux et déesses et autres personnalités que je ne connaissais pas, le chaos aurait régné en moins d'une journée. Il était sûrement mieux pour tous qu'ils n'aient pas leurs pouvoirs, mais cela avait privés leurs enfants de certaines de leurs capacités.

"J'imagine que oui, c'est bien mieux que la magie soit inutilisable sur l'île, le chaos le plus total régnerait sinon. En supposant et sûrement pas à tort, qu'une grande partie de vos parents n'auraient pas voulu laisser un autre prendre le dessus sur lui et encore c'est seulement si quelqu'un avait survécu au premier jour sur l'île. Mais d'un autre côté, je vois aussi le fait que certains autres et toi, vous avez été privés de votre héritage simplement à cause des actes passés de vos parents."

Une part de moi voyait de toute manière l'île comme une injustice. Une preuve que bien que se prônant des gens bien, les personnes d'Auradon n'étaient pas forcément meilleurs que leurs homologues de l'île. Etait-ce seulement plus correct d'enfermer toute une armée de criminels sur une île? Personne n'avait craint qu'en faisant cela les tensions ne soient encore plus fortes entre les "méchants" et les "gentils". Personne n'en était venu à l'hypothèse qu'en les enfermant tous au même endroit, ils pourraient créer une alliance assez forte pour pouvoir créer un plan pour sortir de leur enfermement et assouvir leurs désirs de vengeance? Je n'aurais jamais les réponses à mes questions, mais une chose était sûre. Certains enfants de l'île avaient grandis privés d'une partie de leur héritage génétique. C'était pour moi, un acte cruel envers des innocents. Peut-être que notre génération, réunie après tous ces évènements et les choix du roi Ben parviendra à créer un nouvel équilibre, plus juste. Je gardais cependant un certain scepticisme face à cela en sachant que je n'avais pas été le mieux accueillis à mon arrivée alors que pourtant je faisais parti des enfants d'Auradon comme on aime à nous appeler. Je fus coupé dans mes réflexions par Chwalybog qui reprit la parole et m'expliqua comment il connaissait le nom de ma ville et celui de mon père.

J'étais étonné pour être honnête que rien de négatif ne ressorte de ses paroles. J'avais tellement l'habitude que l'on ait une piètre opinion de ma ville qu'entendre du positif me fit sourire. Je ne pouvais pas nier que mon père était le roi de la ville, enfin il était surtout le roi des citrouilles pour être exact mais chez nous ça voulait dire le roi d'Halloween en quelque sorte. Je n'eus pas le temps de lui répondre qu'il poursuivit en m'expliquant que sur l'île, ils étaient bien au courant des noms des parents, puisque leurs propres parents aimaient s'en plaindre et les maudire. J'en appris également plus sur ses propres opinions sur le fait que les enfants sont leurs parents et il partageait mon opinion, nous n'étions pas nos parents, c'était bon à entendre. Il se considérait également fier d'être comme son père, ce qu'on ne peut reprocher à personne, surtout pas moi, qui suis fier d'être amené à suivre les traces de mon père, parce que je lui ressemble assez pour cela. Chwalybog ne semblait pourtant pas en savoir tant que ça sur l'histoire ayant mené son père à finir sur l'île, puisqu'il avait du mal à l'imaginer comme Maléfique ou Cruella, pour reprendre ses termes. Finalement s'asseyant, il s'essaya à ce que j'espérais avoir bien compris comme une blague en me proposant de me porter pour suivre Six dans les airs, mais qu'il avait peur de plutôt nous faire finir dans un arbre. Je laissais échapper un petit rire, mais s'il était sérieux, je n'avais pas très envie de le laisser faire. Je décidais cependant de lui répondre sur ses questions sur chez moi.

"C'est vrai que chez moi, on aime la musique, mais elle n'est pas du goût de tous, surtout rarement du goût des gens d'ici. Effectivement, mon père est en quelques sortes roi. Il n'est pas roi par choix personnel ou par lignée, c'est les habitants de la ville qui l'ont nommé ainsi. Il est le Pumpkin King, c'est le roi d'Halloween. Il est très demandé pour la préparation de la nuit d'Halloween, la nuit la plus cool de l'année."

Je ne pouvais m'empêcher de préciser les circonstances du titre royal de mon père, puisque dans les faits, il n'était en rien un roi comme on avait l'habitude de les nommer. Fort heureusement d'ailleurs, puisque je n'aurais voulu ressembler à aucun de ces petits princes et princesses avec qui j'avais la joie d'étudier depuis des années. Le fait de parler de chez moi me faisait me sentir étrangement bien, plus calme et détendu. C'était peut-être aussi parce que pour une fois, une personne extérieure, n'ayant jamais mis les pieds à HalloweenTown semblait en avoir une opinion neutre voire positive.

"C'est plaisant d'entendre quelqu'un avoir une opinion qui n'est pas négative de ma ville et si un jour tu veux venir visiter, tout le monde t'accueillera avec plaisir. Il faut juste ne pas avoir trop peur de l'humour Halloweenesque, qui est particulier. Pour nous, il serait intéressant d'avoir une opinion sur Halloween venant d'une personne n'ayant jamais pu connaître cette fête. Pas qu'on avait pas envie, c'est qu'on nous a jamais autorisé à passer la barrière pour vous faire profiter de nos talents."

Je savais que ma ville serait prête à accueillir une personne comme Chwalybog qui ne viendrait pas avec une opinion négative sur nous. C'était un peu comme la première visite du père d'Edith et de sa famille. Ils étaient presque devenus des habitants de la ville grâce à leurs visites régulières et leurs visions positives de la ville. HalloweenTown est une ville touristique, mais souvent les mauvais touristes ne viennent qu'une fois, grâce aux plaisirs que prennent tous les habitants à les faire fuir. Bon souvent mon père n'est pas très content, mais disons qu'on a tous un minimum d'orgueil et beaucoup de fierté d'être des HalloweenTownien. Je ne l'avais pas dit à Chwalybog, mais s'il venait chez moi et que mon père découvrait ses ailes, il voudrait sûrement en faire sa nouvelle recrue pour notre nuit de travail.

"Le jour où tu pourras voler tout seul et que tu ne te crasheras pas sur le premier venu par déconcentration, j'accepterai peut-être si tu me fais une offre de voler. Je dois admettre que j'aimerais savoir ce qu'on ressent lorsqu'on est ainsi suspendu en l'air."

J'avais dit ça sur le ton de la plaisanterie, mais peut-être que si nous avions l'occasion de nous connaître mieux tous les deux et qu'il me faisait une telle proposition, je ne dirais pas non. En tout cas, je venais de prendre la décision de lui proposer un coup de main de la seule façon dont je pouvais l'aider.

"Je sors toutes les nuits pour Six, alors si parfois tu veux aller voler avec elle ou simplement étudier sa manière de voler, tu peux venir me rejoindre."

Je me disais qu'il était peut-être plus simple d'apprendre en ayant un exemple sous les yeux. Après tout voler n'étant pas une chose innée chez l'être humain, le mieux était peut-être de calquer ses mouvements sur un être ayant une parfaite connaissance de la technique.
Revenir en haut Aller en bas
Chwalybog

Chwalybog

Enfant de : Son of Chernabog

Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala Empty
MessageSujet: Re: Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala   Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala EmptySam 21 Sep - 19:38

Chwalybog voyait bien que Shahin l’observait et devait surement se poser des questions sur lui, cela le mettait mal à l’aise, mais il essayait de le cacher. Il avait toujours appris qu’il valait mieux ne pas montrer les moments de doutes et d’hésitations. Dire qu’il avait toujours évité de se rapprocher des gens. Sur l’île, les rares fois où il était allé dans des lieux de rencontre, c’était pour écouter la musique. En particulier dans les mines d’Hades et le restaurant d’Ursula, où sa fille et sa bande chantaient… Ce n’était pas le moment d’y penser, sinon Chwaly allait avoir les paroles de « What’s my name » dans la tête. Il faut dire que c’était vraiment entraînant… Sans s’en rendre compte, Chwaly commença à taper ses doigts sur son bras, au rythme de la chanson. Il faisait souvent cela, lorsqu’il y avait du silence (ou qu’il s’ennuyait). Son rythme ralentit lorsque Shahin lui expliqua ce que représentait sa relation avec Six.

« Je confirme, ça donne vraiment envie d'avoir un animal de compagnie. »

Il n’avait jamais pensé qu’un jour il aimerait avoir une telle relation avec un animal. Il savait que certains enfants de l’île en possédaient, mais c’était assez rare. Ou en tout cas, il n’avait jamais trouvé un animal errant lorsqu’il errait la nuit, ou qu’il se baladait avec son père. Sinon, il était certain que Chwaly l’aurait recueilli… Il savait tellement ce que l’on ressentait lorsqu’une personne était là pour eux, alors qu’ils ont été abandonnés à la base. Il se demandait les choses qui changeaient dans le quotidien lorsqu’on avait un animal de compagnie et il essayait d’imaginer l’enfance qu’avais pu avoir Shahin en grandissant avec un chien. Pour l’instant, l’un des rares chiens qu’il avait pu observer était celui de Carlos. Il devait l’admettre, même s’il ne connaissait pas vraiment Shahin, il avait du mal à l’imaginer avec un animal comme Dude.

Son imagination s’interrompit lorsqu’ils commencèrent à parler de ses ailes et qu’ils commencèrent à parler du manque de magie sous la barrière. Chwalybog hocha de la tête pour affirmer à son interlocuteur qu’il avait raison de penser que l’île aurait été le chaos et qu’il n’y aurait peut-être pas eu de survivant. Il sourit légèrement lorsque Shahin montrait qu’il pensait aussi aux enfants de l’île, comme lui. Ils avaient tous appris à vivre comme cela, mais au fond, ils ressentaient le poids de l’injustice, l’idée qu’ils manquaient des choses incroyable à voir, à écouter, tandis qu’ils étaient prisonnier, pour des crimes qui n’étaient pas les leurs. En tout cas, c’était le sentiment que Chwaly ressentait, lorsqu’il écoutait son père jouer du violon. Alors que les notes enchantaient son esprit, il imaginait les montagnes, les volcans, le vent passant ses doigts dans l’herbe ou courant entre les arbres. Toutes ces choses qu’il était persuadé qu’il ne pourrait jamais découvrir.

« C’est sûr qu’ils se seraient surement entretués, certains pour avoir le pouvoir, d’autres pour ne pas être dominé. Je n’ai jamais vu mon père combattre, mais vu qu’il est un dieu, je ne pense pas qu’il aurait accepté de se laisser faire. Hades non plus, c’est certains. Oui c’est sûr qu’on n’a pas eu la chance de pouvoir profité de notre héritage… Après, pour qu’on puisse en profiter, il aurait fallu soit qu’ils laissent la magie sous la barrière et je ne suis pas sûr que beaucoup d’enfants seraient nés suite à ces combats. Surtout qu’il y a plusieurs méchants qui n’ont aucun pouvoir. Soit, ils auraient dû nous séparer à nos parents et je préfère largement l’enfance que j’ai menée, sans magie. »

D’ailleurs, Chwaly pensait qu’au fond, c’était peut-être la vie sans magie, qui avait rendu certains parents « gentils ». Il repensait notamment à Facilier. Il allait parfois dans sa salle de jeu, lorsque l’ancien maître du Vaudou mettait du jazz, ou qu’il chantait pour raconter ses aventures. Lorsqu'il le voyait avec sa fille, il était difficile de l’imaginer invoquer les ombres et ses amis de l’au-delà pour essayer obtenir du pouvoir. (Les rares fois, où il avait vu son côté dangereux, c’est seulement quand quelqu’un avait essayé de s’en prendre à sa fille.) Peut-être qu’avec le temps, certains parents pourraient sortir… S’ils prouvaient leur bonne conduite. En tout cas, Chwaly espérait vraiment que son père pourrait le rejoindre un jour.

Lorsque Chwaly avait commencé à relater ce que son père lui avait raconté sur la ville d’origine de Shahin, il avait l’impression que ce dernier était étonné et son sourire le surpris. C’était un sourire franc, comme si ses paroles lui avait fait plaisir, pourtant il n’avait rien dit d’extraordinaire de son point de vue. Il commençait à se demander ce que les gens d’Auradon pouvaient bien penser d’Halloween Town. Leur conversation continua et Chwaly lui parla un peu plus de son père. Au fond, c’était plaisant de parler à quelqu’un de ce qu’il pensait. Il n’avait jamais osé approcher les enfants de l’île et encore moins ceux d’Auradon… Surtout qu’il était persuadé que s’il avait dit ce qu’il pensait de son père, les enfants de gentils lui auraient affirmé que si Chernabog avait été envoyé sur l’île, c’est qu’il y avait une bonne raison. Cependant Shahin n’avait fait aucun commentaire de la sorte et cela lui fit plaisir. Il était d’autant plus content, lorsqu’il constata que sa blague l’avait fait rire. C’était surement la première fois qu’il racontait une blague à quelqu’un d’autre qu’à son père et il devait l’admettre, il pensait qu’il y avait une chance sur deux qu’elle ne tombe à l’eau.

Shahin finit par répondre à ses questions sur Halloween Town et l’envie de découvrir cet endroit grandissait lorsque l’autre enfant lui avait confirmé que les habitants de sa ville aimaient la musique. Même si la musique ne plaisait pas à tout le monde, comme il lui expliquait, c’était quelque chose qu’il ne connaissait pas et il était curieux d’entendre de nouveaux styles de musiques ! Le commentaire qu’il fit sur le « goût des gens d’ici », lui donna une idée sur les pensées qu’avaient ceux d’Auradon envers la ville d’Halloween. Lorsque Shahin parla de son père, Chwaly ne savait toujours pas s’il devait se sentir rassuré d’avoir écrasé un potentiel prince, mais il oublia très vite ce mauvais souvenir, quand il évoqua la « nuit la plus cool de l’année ». Sur l’île, il ne l’avait jamais fêté, il se demandait bien à quoi elle pouvait correspondre. Même son père, ne la connaissait pas réellement, il lui avait juste rapporté ce qu’il avait entendu : comme quoi le but principal était de faire peur. Chwaly était persuadé qu’il y avait eu une erreur, il n’imaginait pas que des gens d’Auradon (ceux qui étaient sensé être « gentils et parfaits ») aimaient faire peur. En tout cas, une chose était certaine, si la musique avait une part importante durant cette fête, il voulait la découvrir !

Le fils de Chernabog compris enfin pourquoi les paroles anodines qu’il avait rapporté sur la ville natale de Shahin avaient eu l’air de lui faire plaisir. Il avait réellement du mal à imaginer qu’une ville qui ne soit pas sous la barrière puisse avoir une telle image négative. Chwalybog se leva d’un bond lorsque Shahin lui avait dit qu’il pourrait venir à Halloween Town. Il avait du mal à y croire, lui qui venait de l’île, allait pouvoir découvrir un nouvel endroit et entendre des musiques que même son père n’avait jamais connu ! Rien que cette perspective avait repoussé sa timidité et fit apparaître un sourire sur le visage du jeune garçon.

« Vraiment ?! Je pourrais vraiment venir ? Le fait que je vienne de l’île ne risque pas de poser de problèmes ? Et puis franchement, même si la musique de ta ville venait à ne pas correspondre à mes préférences quelle importance ? Pour que je puisse le savoir, je dois d’abord les écouter. »

Chwaly se demandait bien à quoi il faisait allusion lorsqu’il lui disait qu’il faudrait seulement qu’il n’ait pas trop peur de l’humour Halloweenesque. Peut-être que la rumeur était vrai et que le but de la fête était de faire peur aux autres, que c’était peut-être à cause de ça si les gens avaient une mauvaise image de l’endroit. Même avec ça, Chwalybog n’arrivait pas à imaginer que la ville ne soit pas appréciée à cause de cela, après tout, faire peur aux gens, c’est comme leur faire des blagues et des farces.

« Je t’avouerais, on n’a jamais fêté Halloween sur l’île, donc je ne sais pas à quoi correspond votre humour. Pourquoi, vous auriez voulu venir sur l’île pour nous faire profiter de vos talents ? »

Personne d’Auradon n’était jamais venu sur l’île depuis la fermeture de la barrière, alors qu’une ville entière souhaitait venir pour faire la fête avec les méchants, Chwaly n’arrivait vraiment pas à comprendre cette idée. Pourquoi quelqu’un aurait voulu venir passer du temps avec eux, surtout qu’à l’époque Mal, Evie, Carlos et Jay n’avaient pas encore prouvé que les enfants qui avaient grandis sur l’île n’étaient pas que des criminels et des « monstres ».

Lorsque Shahin évoqua sa blague, il laissa échapper un petit rire à son tour. Il était persuadé que c’était une blague aussi, mais au fond il espérait qu’il ne ferait plus une rencontre dans ce genre. C’était quand même ridicule qu’une première rencontre débute par un « crash » aérien. Pourtant, il n’avait plus tout à fait honte de cet accident. Certes, c’était un moment ridicule, mais sans celui-ci, il n’aurait jamais approché Shahin et n’aurait jamais reçu une invitation pour Halloween Town et encore moins à venir le rejoindre les soirs.

« J’essayerais de ne plus me crasher sur toi et si personnes d’autres que nous ne sors, je devrais réussir à ne pas écraser quelqu’un d’autre. C’est noté, quand j’arriverais à voler, je t’emmènerais suivre Six dans les airs. Je pense aussi qu’en étudiant sa façon de voler, j’y arriverais plus facilement.

Chwalybog n’aurait jamais imaginé que quelqu’un (et encore moins une personne qui ne venait pas de l’île) lui propose de passer plus de temps avec lui. Cela le touchait réellement et il espérait qu’il était peut-être en train de se faire un premier ami.
Revenir en haut Aller en bas
Shahin Skellington

Shahin Skellington

Enfant de : Fils de Jack & Sally Skellington

Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala Empty
MessageSujet: Re: Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala   Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala EmptyDim 22 Sep - 18:51

J'étais un peu surpris que le fait que je lui parle de mon expérience avec Six et Zéro puisse provoquer une réponse comme celle-ci de Chwalybog. Alors oui, c'était un plaisir indescriptible d'avoir son propre animal de compagnie, mais c'était aussi une grande responsabilité. En tout cas, je pouvais très bien voir que Chwalybog ne resterait sûrement pas sans animal de compagnie toute sa vie. Ce qui m'amusait un peu, puisque j'avais comme dans l'idée que son genre d'animal serait un peu du genre Six, en rapport à ses ailes que j'avais aperçu. Peut-être que si Six avait un jour des petits, je pourrais lui proposer d'en adopter une, sauf si le fils de Chernabog s'avérait ne pas être quelqu'un de bien. J'en doute un peu, puisqu'il me semble être plutôt sympathique bien que timide. C'est assez amusant de se dire que certains enfants de méchants peuvent paraître si différent de l'image général que les gens s'en font ou faisaient. Pour ma part, je n'avais pas d'idées de ce j'allais pouvoir rencontrer, après tout les gens d'Halloween, ressemblent parfois bien plus à des méchants qu'aux petits gentils d'Auradon.

La conversation avait pris un tout autre tournant, nous étions en train de discuter de ses ailes mais aussi d'imaginer une île n'ayant pas bloqué la magie. Je me demandais si parfois les enfants de l'île avaient pensé à ces possibilités, si même quiconque avait imaginé une vie où sur l'île la magie était permise et non bloqué. Après je devais bien avouer que Chwalybog devait bien avoir raison en disant qu'ils se seraient sûrement entretués et que ça aurait été un beau bordel. Aucune des personnalités se trouvant sur l'île n'aurait apprécié de se soumettre à une autre. J'appris que le père de mon camarade de classe, était en réalité un dieu, comme certains autres occupants de l'île à l'image d'Hadès. Mais je n'avais jamais entendu parlé de Chernabog. Peut-être était-ce simplement qu'il était moins méchant que d'autres selon les points de vue. Je ne pouvais pas dire que je trouvais tous les comportements des soit-disant méchants mauvais, certains me semblaient même tout à fait justifié. Je me gardais bien de partager ce genre de pensée avec mes camarades, qui ne comprendraient pas ou alors qui me diraient que je devrais moi-même avoir ma place là-bas. Je dois bien avouer que l'île pourrait être un jour ma propre maison, je ne suis pas quelqu'un de bien, du moins, je ne le suis pas souvent.

Je comprenais aussi le point de vue du jeune homme face à moi, qui préférait la vie sans avoir connu ses ailes avant plutôt que d'être séparé de son père dès l'enfance. Je n'aurais pas pu me construire sans la présence de mes parents, alors comment eux auraient pu le faire. Déjà que j'avais la sensation que la plupart d'entre eux n'avaient qu'un parent de connu. Les questions devaient être bien nombreuses dans leurs esprits. Qui était leur autre parent? Avait-il des enfants de son côté? Pourquoi ne voulait-il pas d'eux? Quel aurait été ma vie si je n'avais pas connu l'un de mes parents? Qu'aurais-je fait? Aurais-je cherché à retrouver ce parent manquant? Aurais-je oublier que j'avais un autre parent?

"Je crois que je peux concevoir, mais pas comprendre ce qu'aurait été votre vie à tous si vous aviez été séparé de vos parents enfant. J'ai déjà la nette impression de ce que j'ai pu voir et entendre, que la plupart d'entre vous a grandi sans connaître l'un de ses parents. Ce qui me fait me sentir chanceux d'avoir pu avoir mes deux parents pour moi tout seuls depuis toujours. Après je comprends ton point de vue que si la magie avait été sur l'île très peu d'entre vous auraient vu le jour et la plupart des dit méchants seraient morts dans les premières heures de leurs arrivées. Sûrement d'ailleurs les plus humains d'entre eux dans un premier temps, auraient suivis les plutôt sorciers pour ne laisser que les dieux, qui auraient mené un combat acharné."

Je savais que je lui avais répondu par beaucoup de paroles, mais c'était ainsi que cela me venait. Ce n'était pas très constructif. On changea une nouvelle fois de sujet en parlant d'HalloweenTown, mon chez moi et surtout, je voyais la façon positive dont il en parlait. Mes parents seraient si heureux de rencontrer une personne ressemblant plus à Brom Van Brunt qu'aux autres idiots n'arrivant pas à passer outre le simple fait que nous étions les rois d'Halloween. Je parlais aussi d'Halloween à Chwalybog, en même temps de mon point de vue, il s'agissait de la seule fête méritant d'avoir lieu. C'était sûrement tous l'inverse de beaucoup de jeunes ou moins jeunes personnes qui préféraient largement Noël. La fête que je détestais le plus au monde, surtout à cause du Perce-Oreilles, l'équivalent d'un parrain pour moi, qui me rapportait pourtant chaque année des cadeaux. Mais voilà, ce mec me fait peur, avec ses deux sabres, sa carrure qui fait juste flippé, ce côté gentil et ses lutins me font simplement flipper. J'ai une peur bleue de lui, mais j'adore sa fille, que je vois maintenant tous le temps. En même temps on est tous les deux à Auradon, mais avant ça on se voyait déjà plusieurs fois par an comme mes parents et les siens sont amis, bien qu'ils ne le devraient pas.

Je secouais la tête physiquement et mentalement pour me sortir de mes pensées sur le passif entre Christmas Town et Halloween Town, pour en revenir au présent et à la personne qui se trouvait à mes côtés. Je lui devais, il me semble quelques réponses, si je ne me trompais pas et dire que toutes mes pensées absurdes partaient du fait que mes parents allaient apprécier sa venue s'il choisissait de se rendre à Halloween Town. Je pus voir dans ses mots son excitation et son envie de se rendre chez moi, j'en étais toujours aussi étonné. Il m'avouait même que c'était sans importance si notre style de musique ne lui plaisait finalement pas, qu'il ne pouvait pas savoir sans l'avoir entendu. Je commençais à bien apprécier le garçon qui était à côté de moi. Peut-être même que s'il se montrait digne de confiance, je lui proposerais de faire la route pour Halloween Town en ma compagnie et demanderais à mes parents s'ils étaient d'accord qu'il utilise la chambre d'amis de notre maison le temps de son séjour. Cela n'étaient que des possibilités pour l'avenir.

"Oui vraiment! J'apprécie ton enthousiasme et ton honnêteté de ne pas juger notre musique avant de l'avoir entendu. Nous n'allons pas te forcer à l'apprécier et nous sommes assez ouverts pour entendre que tu ne l'aimes pas. Tout ce qui importe c'est ton envie de venir et tes intentions, tes origines n'ont pas d'incidences. A Halloween Town, on est vachement plus proches du comportement des habitants de l'île, plutôt que de celui d'Auradon, sauf pour Oogie-Boogie, s'en débarrasser était une bonne chose après les événements qui ont rendus la ville célèbre."

Je ne pensais pas mentir en disant que nous étions plus proche de l'île que d'Auradon dans notre comportement chez moi. Nous avions notre propre conception de la justice et des lois, du bien et du mal. C'était pas de notre faute, notre existence était faite pour insuffler la peur. Ce que j'avais comme dans l'idée, ma nouvelle connaissance ne savait pas du tout, puisque nous n'avions avec ma ville pas accès à l'île pour nos soirées. J'avais bien déduit les choses, puisqu'il me demanda pourquoi les miens et moi aurions voulu nous rendre sur l'île pour la nuit d'Halloween.

"C'est complexe à expliquer, puisque tu ne connais pas Halloween. En fait, le but de cette nuit-là, c'est de faire peur, d'effrayer, mais normalement pas de terroriser. Disons que parfois, il nous arrive de dépasser un peu cette limite, puisque nous ça nous amuse, on ne voit pas le mal à terroriser quelqu'un. C'est aussi notre gagne-pain, on est payé par les états-unis d'Auradon pour cette nuit-là, enfin ça tu t'en fous. Pour nous avoir la possibilité d'aller sur l'île nous aurait rendus les Halloween bien plus amusant, peut-être plus dangereux. Les caractères, personnalités et actions des habitants de l'île étant bien plus imprévisibles que ceux d'Auradon. Ils sont beaucoup à être extrêmement prévisibles. On aime pas juste faire notre boulot, on aime les challenges. Tes camarades et toi de l'île allaient être un véritable plaisir pour nous au moment d'Halloween, vous arrivez tels des chiots innocents, qui ne connaissent pas cette fête et vos réactions seront pour nous un plaisir à contempler. On apprendra à vous effrayer, voir ce qui fonctionne sur chacun de vous, on va devoir redoubler d'efforts pour vous faire passer un bon moment."

Je pense que personne ne m'avait jamais vu parler de manière aussi passionné. J'étais amoureux d'Halloween, j'avais une fascination profonde pour une fête que j'aidais à préparer depuis l'enfance. C'était pour moi la plus belle chose du monde, la meilleure nuit de l'année et accessoirement la nuit de mon anniversaire. Du coup, on ne fêtait jamais mon anniversaire à ma date de naissance, on attendait d'avoir fini le travail pour faire une grande fête qui servait de débriefing avec tout le village. Les anniversaires, n'étaient pas des événements très importants chez moi, c'était sûrement dû au fait que la plupart des habitants ne savaient même plus quand ils étaient nés parce qu'ils étaient trop vieux pour cela et que du coup leur anniversaire n'avait plus d'importance. En fait c'était essentiellement pour les jeunes générations que les anniversaires étaient fêtés. Je partais à nouveau bien loin dans mon esprit et je n'étais plus du tout dans le monde réel, dans l'instant présent et encore moins avec cette nouvelle rencontre que j'avais faite inopinément. Je saisis la fin de ses paroles, que lorsqu'il volerait mieux, il m'emmènerait suivre Six dans les airs.

"Merci, mais prends bien ton temps avant de m'embarquer avec toi. Je ne crains pas trop de mourir d'une chute, mais c'est jamais agréable de devoir me raccommoder et remettre mes os en place. Je crois que Six se fera un plaisir de te faire quelques démonstrations de vol. Elle semble t'avoir bien repérée dans les airs et savoir que c'est toi, même si tes ailes ne sont plus visibles."

J'avais ajouté mes derniers mots parce que j'avais vu le comportement de ma petite bête changer légèrement. Elle avait toujours tendance à s'éloigner, mais elle revenait voler en cercle autour de nous deux, ce qu'elle faisait assez rarement quand j'étais tout seul. En même temps, avec moi tout seul, elle se contentait de venir se poser sur moi avant de repartir lorsqu'elle le décidait. Ce soir pourtant, elle semblait attendre que le fils de dieu vienne la retrouver dans les airs, signe qu'elle savait qu'il avait volé non loin de nous, mais aussi que sans voir ses ailes, elle sentait qu'il en avait. J'espérais simplement que le fils de Chernabog, ne prendrait pas mal le fait que je lui apprenne que ma chauve-souris savait très bien qu'il était ailés et qu'elle pourrait peut-être faire de lui un compagnon de jeu. Après tout, Six n'avait que peu l'occasion de voler avec d'autres animaux et encore moins des humains, peut-être qu'elle avait un peu de mal avec toute cette solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Chwalybog

Chwalybog

Enfant de : Son of Chernabog

Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala Empty
MessageSujet: Re: Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala   Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala EmptyLun 23 Sep - 16:35

Chwalybog avait l’impression qu’il lui manquait un détail pour comprendre parfaitement l’idée d’avoir un animal de compagnie, vu l’air surpris qu’aborait Shahin, lorsqu’il lui avait révélé que de l’entendre parler de sa relation avec Six, lui donnait réellement envie. Il faut dire que lorsqu’il n’était pas avec son père, Chwaly se sentait souvent seul, alors bien sûr, avoir un animal qui resterait à ses côtés, il n’arrivait pas à imaginer le problème qu’il pouvait y avoir derrière… A moins que l’animal le quitte lui aussi bien sûr… Mais bon, même si l’idée lui plaisait, au fond Chwaly avait un peu de mal à s’imaginer avec un tel compagnon. Il faut dire que pour l’instant il n’avait dû voir que six de prêt, il avait déjà aperçu Ceasar et Dude, mais de loin.

Cependant, il mit cette idée de côté, il ne savait même pas comment on obtenait un animal de compagnie et il n’en aurait peut-être jamais. Surtout que le reste de leur conversation était intéressante. C’était la première fois qu’il pouvait parler avec quelqu’un ce qu’il pensait de la barrière. Il avait même abordé le statut divin de son père dans la discussion, mais non dans le but de se vanter. Sur l’île, avoir été un dieu, un roi, un grand magicien ne signifiait plus rien. Surtout que son père n’était pas un dieu connu comme ceux de l’olympe, une grande partie des méchants les moins dangereux (souvent ceux sans pouvoirs) pensaient qu’il était juste un « monstre » un « démon ».

La conversation qui avait intéressante pour Chwaly commença à le rendre triste. Il perdit et détourna le regard lorsque Shahin, lui exprima l’impression qu’il avait à propos des enfants de l’île qui connaissaient rarement leurs deux parents. Le fils de Jack Skellington avait eu cette idée en observant et en écoutant les enfants qui venaient de l’île et il avait deviné juste. Beaucoup d’entre eux ne connaissaient pas soit leur mère, soit leur père.

« Tu as raison… C’est le cas, je connais que très peu d’enfants qui ont vécu avec leurs deux parents… Dans mon cas, je ne connais même pas ma mère. Ni son nom… »

Ce n’était pas la seule chose qu’il ne savait pas d’elle d’ailleurs. Il n’avait pas la moindre idée de pourquoi sa mère n’avait jamais voulu de lui… Il pouvait comprendre pourquoi ses deux parents n’étaient pas ensemble. Peut-être qu’il n’était qu’un incident, le fruit d’un moment de plaisir sans envie de lendemain… Cependant, sa mère avait fait le choix de l’abandonner à son père, de ne jamais revenir, de ne jamais lui adresser le moindre mot. Peut-être qu’il avait des frères et sœurs… Il ne pourrait jamais le savoir, car son père ne lui avait jamais révélé le nom de sa mère. La jalousie prit place dans le cœur du jeune garçon lorsque Shahin affirma qu’il se sentait chanceux d’avoir pu grandir avec ses deux parents… Non… Il ne devait pas se laisser aller à la jalousie, ni à la tristesse ! Surtout pas devant Shahin qui essayait de se montrer compréhensif.

« Oui c’est sûr que ceux sans pouvoir seraient surement morts, ou transformés en larbins. En ce qui concerne les dieux, peut-être. Même si mon père s’entend bien avec Hades, peut-être que ça n’aurait pas été le cas si l’île avait connu une guerre… Quoi que… Peut-être que mon père serait mort dès le premier lever de soleil, car si la magie des parents fonctionnait, peut-être que leurs points faibles aussi. »

Alors qu’ils avaient changé de sujet et qu’ils parlaient de la ville natale de Shahin, il constata que c’était au tour de son interlocuteur de se perdre dans ses pensées, puisque ce dernier avait secoué la tête, surement pour se remettre les idées en place. Chwaly se demandait bien à quoi il avait bien pu penser, mais il ne voulait pas le questionner. Si Shahin ne lui en parlait pas, il n’avait pas à le forcer. Surtout que c’était surement quelque chose de personnel ou quelque chose qu’il ne pouvait pas comprendre. Chwaly préféra à la place lui parler de son envie de se rendre à Halloween Town, mais en voyant la surprise de l’autre garçon, il commençait à se demander s’il était le seul à Auradon, qui voulait se rendre dans cette ville. Qu’importe ! Il tenait vraiment à découvrir cet endroit ! Surtout que Shahin venait de lui confirmer que ses origines ne poseraient aucun problème ! Il devait l’admettre, il afficha un léger sourire gêné, lorsque le prince des citrouilles lui avait parlé de son enthousiasme et de son honnêteté. C’était la première fois qu’il se permettait à avoir une vraie conversation et à montrer ce qu’il ressentait à quelqu’un d’autre qu’à son père, mais de savoir que Shahin appréciait cela lui fit énormément plaisir.

« Ben… Je trouve que c’est normal… On ne peut pas juger sans connaître. Puis souvent, lorsqu’on découvre une nouvelle chanson, on ne l’apprécie pas au départ, mais à force de l’entendre, de discerner les petits détails, on vient à l’adorer. Par exemple, j’ai mis un peu de temps avant d’apprécier les chansons d’Hades, car elles sont tellement différentes de la musique que mon père joue. Oui, j’en ai réellement envie. Ah ? Qu’est-ce qui s’était passé ? »

Contrairement à Facilier et à Hades, son père n’avait jamais fréquenté Oogie-Boogie. Donc, Chwaly ne l’avait jamais rencontré. Bien que ce méchant aurait pu leur apporter des informations sur la ville, Chernabog avait vite compris qu’il était plus intéressé par les jeux que par la musique donc il avait abandonné tout intérêt pour Oogie-Boogie. Le fait que Shahin affirmait que les enfants d’Halloween Town avaient un comportement plus proche des enfants de l’île que de ceux d’Auradon le surprit. Petit à petit, il commençait à avoir une idée du pourquoi le style d’Halloween Town n’était pas au goût des gens d’Auradon. Même en entendant cela, cela n’influençait pas son envie de découvrir cet endroit, mais ne voulant pas se créer une fausse image de la ville, il préféra informer Shahin qu’il n’avait aucune idée de ce qu’était l’humour Halloweenesque, afin d’en apprendre un peu plus.

Chwaly comprit rapidement qu’Halloween tenait vraiment à cœur à Shahin, vu la passion avec laquelle il s’exprimait. C’était la même passion qui l’animait lorsqu’il parlait de musique avec son père. Au final, son père n’avait pas entendu de fausses rumeurs et il avait deviné juste par rapport au but des habitants de la ville d’Halloween. Chwalybog ne savait pas vraiment s’il se sentirait à l’aise avec eux, étant assez refermé, il se demandait comment il réagirait si des inconnus venaient à lui « sauter dessus » pour essayer de lui faire peur. Cependant, il ne comptait pas abandonner son idée de s’y rendre. Shahin lui avait affirmé que la ville était à l’écoute, peut-être qu’ils verront qu’il n’est pas très à l’aise avec les gens. Puis, la passion de son interlocuteur donnait vraiment envie de découvrir cette tradition. Même si la façon de Shahin, de parler des enfants de l’île comme des « chiots innocents ne le rassuraient pas totalement.

« Ouai je vois, vous faites des farces. Je ne vois pas où est le mal. Après… Je t’avouerais que… Je n’ai pas l’habitude des contacts et encore moins d’aller parler aux gens… Donc, je ne sais pas comment je vais réagir à l’humour d’Halloween Town… Mais je veux bien essayer. »

Le fils de Chernabog était gêné et il était persuadé qu’il devait avoir l’air ridicule d’avouer son malaise à voix haute et surtout à quelqu’un qu’il ne connaissait que depuis quelques minutes. Cependant, il s’était déjà tellement confié à Shahin, qu’il avait l’impression que lui expliquer ce problème était la chose normale à faire. Surtout s’il allait se rendre un jour à Halloween Town. Il ne souhaitait pas que sa timidité et sa gêne soit mal perçues par les habitants de la ville.

Après cette conversation sur la ville d’origine de Shahin et sur sa passion, ils avaient commencé à reparler de ses ailes et de futurs projets d’entraînement et de balade dans les airs. D’après les paroles de l’enfant d’Halloween Town, Chwaly avait l’impression que ce dernier devait être un casse-cou, mais ils ne s’attardèrent pas sur ce sujet, puisque Shahin parlait de sa chauve-souris.

« Ne t’inquiète pas, je ne te proposerais jamais, sans être sûr que mes ailes supporteront nos deux poids avant. Je ne dis pas non pour des démonstrations de vol. C’est d’ailleurs grâce à elle que j’ai réussi à aller plus loin que d’habitude, j’ai imité ses mouvements. »

Chwaly regardait la petite chauve-souris du nom de six voler en cercle autour d’eux. Il ne pouvait s’empêcher de sourire en s’imaginant qu’un jour, lui aussi pourrait voler avec autant de facilité.
Revenir en haut Aller en bas
Shahin Skellington

Shahin Skellington

Enfant de : Fils de Jack & Sally Skellington

Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala Empty
MessageSujet: Re: Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala   Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala EmptyMer 25 Sep - 21:21

La conversation était fluide entre Chwalybog et moi, c'était aussi déroutant que plaisant, de croiser quelqu'un me comprenant, quelqu'un ne jugeant pas ma ville. Du moins quelqu'un en dehors de mes quelques vrais amis qui avaient eu l'occasion de voir Halloween Town depuis l'enfance. Je me demandais vaguement si le jeune homme assit avec moi changerait d'opinion une fois qu'il aurait eu l'occasion de voir la ville. Je lui avais parlé du fait que j'avais constaté que la plupart d'entre eux n'avaient qu'un parent et je ne fus pas surpris d'entendre Chawlybog l'affirmer, m'apprenant qu'il était lui-même dans ce cas, ne connaissant pas sa mère, ni même son identité.

"Je suis désolé, je ne pensais pas à mal, je ne voulais pas possiblement faire remonter des souvenirs difficiles."

Je n'avais aucune idée si des souvenirs douloureux pouvaient être remonté à lui à cause de mes paroles. Normalement, je n'étais pas si sympathique avec les inconnus, mais j'avais le sentiment que Chwalybog était quelqu'un de fiable et avec qui le feeling passerait bien même si nous nous revoyons. Ce n'était pas une sympathie d'un jour, ce n'était pas une conversation vide et sans intérêt comme à notre âge on peut en avoir beaucoup. Comme si rien n'avait eu lieu, on reprit notre conversation sur l'absence de magie sur l'île, enfin surtout de comment aurait été l'île si tous les méchants disposant de pouvoir avaient pu en user. Je ne pouvais pas lui dire qu'il avait tort, sa façon de penser les choses était bonne, après tout avec la magie, les êtres sans magie auraient été soumis. Avec la magie, les relations entre les différents vilains auraient été différentes. Je n'étais presque pas étonné que Chernabog et Hadès puissent avoir des relations positives. Du moins, maintenant que j'avais conscience que le père de Chwalybog était un dieu, surtout qu'avant cela, je ne savais même pas qui était son père. Je n'avais en même temps jamais pensé qu'il y avait d'autres dieux que ceux de l'olympe dont on m'avait parlé, mais je devais aussi tenir compte du fait que mes connaissances étaient surtout celles que m'avaient transmises ma mère en matière d'histoire des différents états des états-unis d'Auradon et elle ne les connaissait pas toutes.

"Tu as sûrement raison, les vilains sans pouvoir seraient devenus des larbins, mais ils l'auraient mal vécus ou alors ils auraient tentés une alliance afin d'essayer de faire le poids contre les autres. Je me doute que les dieux auraient tous pu faire bande à part, disposant selon moi de bien plus de pouvoir que quiconque, si on les sort de cette île. Je suis bien heureux d'un sens qu'il n'y ait pas de magie sur l'île, sinon aucun de vous ne serez présent et la vie à Auradon se restait aussi peu palpitante qu'elle ne l'était avant l'arrivée des quatre premiers d'Auradon. Je ne suis que peu étonné, maintenant que je sais que ton père est un dieu, qu'il s'entend avec Hadès. Tu as, je pense, pu faire des rencontres intéressantes grâce à ton père."

Je ne relevais pas volontairement le fait que son père aurait pu mourir au premier levé de soleil si la magie avait été présente ainsi que les faiblesses de chacun. En m'avouant cela, il m'avouait aussi des informations sur lui. C'était intéressant d'en apprendre plus sur lui, alors que nous ne parlions aucunement de nous directement. Je lui parlais de ma ville, il me parlait de son île et finalement, nous étions sans nous en rendre compte en train de nous ouvrir à l'autre. Je m'en rendais compte et je me rendais surtout compte que c'était la première fois que je m'ouvrais à quelqu'un par le biais de mes origines. Je trouvais la façon de faire originale, mais pas accessible avec n'importe qui. On se remit à parler de musique et de chez moi, les deux semblaient bien liés dans l'esprit de Chwalybog et cela ne me gênait point, c'était même plutôt vrai et la musique faisant partie intégrante de ma vie, rendait la discussion d'autant plus agréable.

"Tu as raison, c'est en écoutant que parfois on apprend à aimer. Ton père joue quel genre de musique? Il joue d'un ou de plusieurs instruments?"

Je n'avais pas pu m'empêcher de lui poser la question, puisqu'il avait comparé la musique d'Hadès à celle de son père. Ce qui sous-entendait que son père était un musicien et en tant que musicien, j'étais curieux d'apprendre les goûts et les choix d'instruments d'un autre musicien. Peut-être que j'aurais le plaisir d'apprendre que Chwalybog était un peu musicien, en tout cas, il semblait mélomane. Je verrais bien ce qu'il m'apprendrait, maintenant il était tant de lui parler brièvement des évènements à Halloween Town qui avaient conduit Oogie Boogie sur l'île.

"Je n'ai que deux versions des faits, celle de mes parents et celle du perce-oreille, père Noël, excuses moi, on le nomme toujours d'après l'erreur de départ de mon père. Tout à commencé le jour où mon père a découvert les arbres nous permettant de nous rendre dans les villes des différentes fêtes, comme Christmas Town et d'autres, mon père a choisi d'aller à Christmas Town au hasard. Il a été subjugué par la ville et le bonheur qui y règne, il a décidé en retournant à Halloween Town, qu'il voulait prendre la place du Perce-Oreille cette année-là, il voulait faire autre chose que semer la terreur. Seulement à Halloween Town, nous ne savons que faire cela, nous excellons dans cela. Entre temps, Oogie Boogie avait envoyé ses larbins kidnapper le perce-oreille. Mon père a pris la place du perce-oreille et a livré les cadeaux fait par Halloween Town, comme il a vu que c'était un fiasco, il a décidé d'aller sauver le perce-oreille et l'a laissé se débrouiller seul pour sauver sa nuit de l'année. Après ces évènements, ils ont eu l'occasion de se parler tous les deux et c'est comme ça que mon père est devenu ami avec le perce-oreille, qui est comme un parrain pour moi, sans l'être vraiment. Enfin voilà le condensé, sachant que dans tout ce bazar, mes parents se sont rencontrés et ont finis ensemble."

J'avais fait au plus court, de toute manière mes parents finiraient par lui raconter toute l'histoire s'il se décidait à venir un jour passer quelques temps dans la ville. Tous les habitants auraient leur petit mot sur les évènements, c'était un souvenir que tous gardaient en tête. Même si souvent, on parlait bien plus du prochain Halloween, mais moins devant les personnes extérieures à la ville. Après Chwalybog aurait peut-être un accueil ressemblant plus à celui des Van Brunt. Je fus sortis de mes pensées par les paroles de mon interlocuteur et je lui répondis presque immédiatement.

"On fait des farces, mais avec plus de peurs, notre fête est vraiment tournée vers la peur, du coup notre comportement chez nous est assez dérangé. Après ne t'en fais pas, s'ils t'adoptent, les habitants d'Halloween viendront d'eux-mêmes te parler, par contre on a plus de mal à comprendre la gêne que cela peut provoquer à une personne qui n'est pas habituée. Surtout mon père qui est très ouvert et un peu excentrique. Avant ta venue, je pourrais toujours prévenir tout le monde, pour t'éviter trop de malaise."

Ma proposition de prévenir tout le monde était ce que je pouvais lui offrir de plus, pas que je pense que tout le monde en tiendrait compte. Mon père n'allait sûrement pas en être capable, il était ainsi, c'était dans sa nature d'être avenant. Ma mère arriverait peut-être à le faire se tenir, elle avait assez de pouvoir sur lui pour l'assagir, du moins quand elle considérait le besoin réel. En gros, si je lui disais que pour me faire plaisir, il fallait mettre Chwalybog a l'aise, elle le ferait, surtout si je lui apprenais que le jeune homme n'avait pas d'apriori sur nous. Notre conversation retourna vers de possible futurs vols en compagnie de Six pour lui et moi-même. Je fus rassuré de l'entendre dire qu'il ne me proposerais pas avant d'être sûr de lui. Six semblait avoir parfaitement compris ses paroles la concernant, puisqu'elle se mit à voler juste en face de lui, assez loin pour ne pas le toucher, mais assez près pour qu'il puisse la voir parfaitement.

"Je crois qu'elle est partante pour les démonstrations. Je pense qu'elle t'aime bien, peut-être à cause des ailes. En tout cas, tu as de la chance, elle n'apprécie que très peu de personne ayant une apparence humaine."

Je savais que ma chauve-souris aimait s'amuser avec mes camarades qu'elle croisait parfois, mais elle s'amusait en leur faisant peur. Pourtant avec Chwalybog, elle semblait juste avoir envie de partager, de l'aider. Etait-ce une sorte d'instinct maternel qui lui donnait envie d'aider un oisillon à apprendre à voler? Bon le terme oisillon pour Chwalybog était assez mal choisi, mais c'était le seul qui m'étais venu en parlant d'instinct maternel. Bon le jeune homme à côté de moi était un oisillon de bonnes tailles et d'un âge avancé, mais se servant assez maladroitement de ses ailes nouvellement acquises. De quoi peut-être rendre ma chauve-souris plus épanouie, en aidant un autre à voler.
Revenir en haut Aller en bas
Chwalybog

Chwalybog

Enfant de : Son of Chernabog

Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala Empty
MessageSujet: Re: Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala   Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala EmptyJeu 26 Sep - 15:17

La conversation avait été aussi agréable depuis que le malaise dû à l’accident avait été mis de côté. C’était la première fois que Chwalybog parlait aussi longtemps avec quelqu’un (sauf avec les amis de son père, mais ils ne comptaient pas vraiment puisqu’ils leur parlaient, car son père était à leurs côtés, ou que Chernabog était le sujet de la conversation. Au final, parler avec Shahin, c’était un peu comme parler avec son père, puisqu’il se sentait à l’aise et qu’il n’essayait pas de fuir la conversation. Cependant lorsque ce dernier avait faire des commentaires sur l’absence de certains parents pour les enfants de l’île, le cœur de Chwaly se serra… Et il vit la différence entre parler avec le jeune garçon plutôt qu’avec son père. Shahin n’essayait pas de couper court à la conversation, comme le faisait son père… Il s’était excusé d’avoir fait remonter des souvenirs difficiles. Cela surpris le fils du dieu de la nuit. Sur l’île, il était rare que les gens s’excusent et au contraire, s’ils voyaient que quelqu’un souffrait, ils enfonçaient le clou pour se sentir plus fort. Cependant Shahin n’était pas comme eux, donc il essaya de lui offrir un petit sourire pour le rassurer. »

« Non non… Ce n’est rien… J’y pense souvent aussi. Ca fait comment d’avoir une mère ? Quand j’étais petit, j’ai longtemps espéré que ma mère allait venir me retrouver un jour en me disant qu’elle avait fait une erreur… Puis avec le temps, je commençais à me dire qu’elle avait peut-être réussi à fuir l’île ou qu’elle avait perdu la vie dans un combat avec un autre méchant… Mais, aujourd’hui, je sais que ce n’est pas le cas, personne n’est mort sur l’île, personne ne s’en est enfui… Si elle n’est jamais venue, c’est qu’elle ne voulait pas de moi… »

Au fond, Chwalybog ne savait même pas s’il pourrait ressentir un quelconque sentiment positif, s’il venait enfin à rencontrer sa mère. Comment pourrait-il lui pardonner de l’avoir abandonné toutes ces années… Même sans parler du fait de vivre avec son père et lui, mais au moins de venir lui dire son nom… En y pensant aujourd’hui, il avait le sentiment que s’il apprenait son identité, il retournerait sur l’île pour lui crier dessus. D’ailleurs, maintenant qu’il était sur l’île, Chwaly allait peut-être découvrir qui était sa mère, s’il venait à développer des capacités qui viennent de son côté. Il avait même pensé à demander de l’aider pour chercher dans les archives qui étaient proches de son père avant qu’il finisse sur l’île, mais pour cela, il aurait dû admettre aux gens qu’il avait du mal à lire et il ne comptait pas se ridiculiser pour cette personne qui ne lui avait pas accordé un seul instant en vingt ans.

Lorsqu’ils abordèrent à nouveau le sujet de l’île qui n’aurait pas possédé une barrière pour bloquer leurs pouvoirs, Chwaly avait révélé pas mal de chose sur son père sans y faire attention. Cependant, il n’avait pas vraiment l’impression qu’il était nécessaire de cacher quelque chose à Shahin. Surtout que ce n’était pas des détails très importants. Sauf bien sûr le fait que son père craignait la lumière du soleil, mais ça ne pouvait rien entraîner de dangereux, puisque son père était toujours sur l’île. Certes cela connait de informations à son sujet aussi, car même si le soleil n’était pas mortel pour lui, il le craignait quand même, mais ce n’était pas vraiment un secret. Depuis qu’il était arrivé, ses yeux souffraient de la lumière et se réfugiait souvent à la bibliothèque ou à l’ombre et pas mal d’étudiants l’avaient surement déjà remarqué. Notamment Jay qui l’avait accueilli lors de son premier jour et tous ceux de sa classe, sauf si ces derniers pensaient qu’il simule pour aller dormir dans la bibliothèque. Il écoutait l’avis de Shahin, en ce qui concernait la réaction des vilains sans pouvoir et il était d’accord avec son idée.

« Oui c’est sûr que lorsqu’on a été le « dominant » toute sa vie, il doit être difficile d’accepter la domination des autres, ou en tout cas pas sans se battre. Donc une alliance aurait surement eût lieu, mais il n’aurait surement rien pu faire contre les pouvoirs de certains. Oui, ils s’entendent bien déjà en partie à cause de leur statue divin, mais la musique a pas mal aidé aussi. En effet, j’ai rencontré Hades et Facilier, même si je n’ai pas trop chercher à passer du temps avec eux. Sauf quand je m’ennuyais et qu’en passant j’entendais leur musique. »

Chwaly sourit lorsque Shahin s’intéressa plus particulièrement à son père, mais non à son côté de dieu ou son côté de méchant. C’était un plaisir pour Chwaly de parler de la musique et plus particulièrement celle de son père qu’il avait toujours aimé. Il sourit un peu plus lorsqu’il comprit qu’il devait ressembler au prince des Citrouilles qui parlaient d’Halloween avec passion.

« Il est plus spécialisé dans la musique classique. Mon père jouait surtout du violon, quand j’étais petit, mais depuis qu’il me l’a donné, il est souvent derrière un piano. Cependant il ne se restreint pas qu’à ce style, il joue parfois du Rock avec Hades, mais c’est assez rare, il préfère l’écouter chanter. Cependant il aime aussi jouer du jazz. Il fait souvent des buffs avec Facilier. J’ai parfois joué avec eux, le père de Célia est vraiment doué avec son rythme. »

Chwaly écouta attentivement le récit sur les aventures de Jack Skellington et du perce-oreille. Même si les actions de Jack avaient failli finir en catastrophe, il avait l’impression qu’il pourrait apprécier le père de Shahin, car il avait l’impression que ce dernier soit en partie comme lui, en cherchant à en découvrir plus. Après tout, c’était à cause de cette motivation qu’il avait quitté son chez-soi. Cette histoire de livrer des cadeaux intrigua Chwaly, son père ne lui avait jamais parlé ni de Christmas Town ni de cette tradition lié aux cadeaux. Son  père connait beaucoup de chose, car lorsqu’il était au Mont Chauve, il écoutait et observait de loin (c’est de lui que Chwaly a pris cette habitude), cependant Chernabog ne connaissait que peu de chose sur  les fêtes ou les traditions, puisqu’il ne s’était jamais mélangé à des mortels avant d’atterrir sur l’île.

« Pourquoi livrer des cadeaux ? Et c’est comment Christmas Town ? »

Lorsque Shahin commença à parler des traditions de sa ville natale, Chwaly avait préféré lui expliquer qu’il avait des difficultés à être à l’aise quand il y avait des gens… La seule fois autre fois où c’était arrivé en dehors de cette conversation, c’est quand il avait fait un buff avec son père, Facilier et que Célia s’était jointe à eux. C’était la première fois qu’il avait souri à la jeune fille et cette dernière lui avait fait remarquer en riant. Il n’était vraiment pas doué pour ça… Cependant, il comptait bien essayer d’apprendre. Il ne voulait pas prendre le risque de gâcher ces prochaines expériences à cause de sa timidité.

« C’est vraiment gentil Shahin. J’ai hâte de découvrir ta ville en tout cas. »

Le fait que Shahin propose de prévenir les habitants de le ménager le touchait réellement. Au lieu de se moquer de lui, le fils de Jack et Sally faisait tout pour le mettre à l’aise. Chwaly ne savait pas si c’était ça un ami, mais il en avait l’impression. C’est pourquoi il avait réellement envie de découvrir sa ville natale, même s’il savait qu’il allait devoir travailler sur ses problèmes là-bas. Après-tout, il était bien en train d’y travailler en ce moment même puisqu’il arrivait à avoir une discussion intéressante, longue et surtout personnelle avec une personne qu’il venait juste de rencontrer.

Après que le sujet de la conversation retourna sur l’entraînement au vol, Six fit quelque chose qui surprit Chwaly. Elle se plaça devant lui, ce qui le fit avoir un léger mouvement de recul. Le fils de Chernabog ne s’attendait pas à ce qu’elle vienne devant lui, mais il se reprit rapidement et sourit légèrement en la regardant battre des ailes pour essayer d’analyser le plus de détails qui pourraient lui servir. Les surprises continuaient d’arriver dans cette conversation ! Maintenant, c’était Shahin qui lui informait que sa chauve-souris n’aimait pas vraiment les gens avec une apparence humaine et pourtant elle semblait l’apprécier.

« Vraiment ? Tu as surement raison, c’est peut-être à cause de mes ailes. »

Chwaly recula d’un pas, fit rouler ses épaules avant de faire apparaître ses deux ailes, pour voir si c’était bien ça qui plaisait à Six. Cependant, lorsqu’il les étira, il grimaça légèrement. Suite à la chute, elles étaient endolories et ce n’était pas très agréable.
Revenir en haut Aller en bas
Shahin Skellington

Shahin Skellington

Enfant de : Fils de Jack & Sally Skellington

Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala Empty
MessageSujet: Re: Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala   Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala EmptySam 12 Oct - 4:20

On continuait sur notre conversation, c'était toujours aussi fluide entre nous, c'était assez amusant de voir à quels points deux personnes qui n'avaient visiblement aucunes raisons de se rencontrer finissaient par se rendre compte qu'elles étaient capables d'avoir une vraie conversation enrichissante ensemble. Je devais bien m'avouer que ce fils de méchant était plutôt intéressant, de part sa façon de voir le monde, mais aussi peut-être parce qu'il semblait assez isolé des autres. Pas que cela me fasse penser qu'il était moins fréquentables que les autres, ça en faisait justement à mes yeux une personne plus fréquentable et digne de confiance. Les personnes trop entourées, je n'arrivais pas à les cerner, bon d'accord, je ne comprenais pas les trois quarts des personnes se trouvant ici. Mes seuls relations étaient en liens avec les études ou mes centres d'intérêts. Chwalybog avait aussi des centres d'intérêts en commun avec moi, mais notre conversation me semblait être plus un débat posé qu'une discussion vide de sens. Je me décidais à lui répondre sur la question qu'il m'avait posé, sans avoir vraiment de réponse concrète à apporter n'ayant que vécu ma propre expérience.

"De ma propre expérience, c'est super d'avoir une mère et en même temps, ça peut-être très embêtant pour rester respectueux vis-à-vis de ma mère. Tu as les bons moments d'échanges, les moments où tu apprends des choses en sa compagnie, les moments où elle s'occupe de toi et à contrario les moments où elle te relie vingt fois la même histoire quand tu es gamin, ce moment où tu te fais interroger sur le pourquoi tu ne te fais pas d'amis et pourquoi tu ne ramènes pas un ou une ami(e) plus intime et puis le baby-sitting des autres membres de ta famille. Enfin ça peut-être l'enfer comme le paradis. J'ai eu de la chance de n'avoir que Zéro comme frère."

J'omettais volontairement de parler des douze autres enfants Skellington. Je n'aimais pas parler de ceux-là, qui étaient aux regards de tous mes frères et soeurs, mais que je ne voulais pas voir souiller le tableau parfait de la famille que nous formions à quatre avec mes parents et Zéro avant leur arrivée. Je me sortis de mes pensées éternellement négatives sur le reste de ma fratrie, en repensant au fait que contrairement au jeune homme à mes côtés, je n'avais jamais eu à me poser toutes les questions qu'il s'était posé à propos de sa propre mère. Ce devait être difficile de grandir sans une mère, du moins j'avais du mal à l'imaginer, après Chwalybog semble avoir eu la chance d'avoir un père présent et faisant beaucoup pour lui, dont lui donner ce don il avait besoin. C'était bien dommage pour eux qu'aujourd'hui, à Auradon, Chwalybog possède des ailes et que son père ne puisse être là pour lui apprendre à s'en servir.

On était reparti sur notre long débat sur qu'aurait été l'île si la magie y avait été praticable. On était sur la même longueur d'onde tous les deux. Une guerre sanglante et meurtrière aurait sûrement tué toute la population de l'île ou presque sans laisser de possibilité de créer la nouvelle génération qui venait de s'installer avec nous à Auradon. C'était sûrement mieux pour tout le monde que l'île soit faite ainsi, mais je considérais qu'il ne s'agissait pas d'une mauvaise chose de penser à ce qu'auraient pu être les choses dans d'autres circonstances ou en changeant simplement l'un des faits que nous connaissons. J'en appris également plus sur les rencontres et connaissances que le fils de Chernabog avait pu faire grâce à son père sur l'île et surtout je m'étonnais d'entendre que c'était surtout la musique qui l'avait conduit à aller vers ces personnes.

"Tu sembles très guidés par la musique dans tes choix sociaux, c'est un héritage de ton père aussi tu penses ou juste une sensibilité toute particulière que tu as pour la musique parce que tu as été bercé là dedans."

On avait finalement trouvé de quoi parler sans que rien n'implique quoi que ce soit concernant trop directement nos origines. Enfin un peu quand même, puisque je venais de lui demander des renseignements sur ce que son père jouait comme instrument. J'étais bien trop intéressé par la musique pour ne pas poser une telle question quand on me parlait d'un musicien. Surtout que je pourrais peut-être découvrir de nouvelles choses, les cours de musique à Auradon n'étant pas vraiment exceptionnel. Il n'y a qu'à voir la fanfare qui est somme toute la plus banale de toutes les fanfares, aucune originalité, aucune prise de risque, droite et stricte. A l'image de toute cette école. On y voit aucun amusement, trop de droiture, c'était d'un déprimant. Chwalybog m'apprit que son père jouait essentiellement du violon dans son enfance, jusqu'à ce qu'il lui offre le violon et que du coup Chernabog se mette à jouer plus au piano. En style de musique, il m'apprit que c'était plus le classique. J'étais intrigué, le classique n'étant pas du tout mon domaine de prédilection préférant de loin le rock, voir le métal, ce n'était d'ailleurs pas pour rien que nous avions entre personne aimant ce style de musique crée notre propre groupe.

"Du coup, tu joues du violon, si je comprends bien. Tu es inscrit au cours de musique?"

Tout en posant ma question, j'étais en train de chercher dans ma mémoire si je l'avais déjà vu avant ce soir dans une de mes salles de cours. Pourtant je n'arrivais pas à retrouver son visage dans le moindre de mes souvenirs. Pourtant j'en passais du temps depuis l'arrivée des nouveaux à essayer de tous les reconnaître rapidement de vue et surtout d'apprendre des informations sur eux pour que nous puissions leur faire une vraie soirée d'Halloween. Voilà que lui, je ne l'avais jamais repéré et pourtant, il était bien fait de chair et d'os comme j'avais pu en avoir la preuve lorsqu'il s'était écrasé sans grâce sur moi un peu plus tôt. Je fus sorti de mes pensées par ses questions. Je comprenais que sur l'île, les fêtes étant normales à Auradon, étaient parfaitement inconnues.

"C'est une tradition du Perce... père Noël. La nuit du 24 décembre, il prend son traineau et sa hotte et part à travers le monde livrer des cadeaux, sous forme d'objets désirés, aux enfants sages. Au même titre qu'Halloween, c'est une fête qui tient très à coeur à tout le monde. Noël est un moment de partage et de joie, d'amour certains diraient. Pour Christmas Town, c'est froid, c'est blanc, à cause de la neige et c'est peuplé de gens heureux, souriant et dévoué pour produire des cadeaux de Noël pour tous les enfants. Si tu veux visiter, on pourra y passer quelques heures quand tu viendras à Halloween Town, on passe rapidement d'une ville à l'autre."

Je lui proposais la visite tout en priant pour qu'il décline la proposition pour l'une ou l'autre des descriptions que je venais de lui donner. Je n'aimais pas du tout me rendre à Christmas Town et pourtant je devais m'y rendre une fois par an au minimum. Une chance pour moi, c'est qu'il y avait Shannon là-bas et que je me retrouvais pas enfermé entre mes parents et North. Surtout que North, j'en ai toujours une peur bleue. Enfin passons, je ne dois pas penser à lui, c'est pas bon de penser au perce-oreille, ça me fait plus de mal qu'autre chose en général. Je ne pus m'empêcher de sourire lorsque Chwalybog rebondissant sur mes paroles sur chez moi me dit qu'il avait hâte de découvrir ma ville. J'étais si heureux de voir finalement une personne qui avait envie d'en savoir plus sur mon chez moi.

Pour sa part, Six était toujours en train de voleter au-dessus de nous et comme je le fis remarquer à Chwalybog, elle devait bien l'apprécier, puisqu'elle ne volait en basse altitude et prêt d'humains qu'en ma compagnie en règle générale. Elle avait ses quelques exceptions qui se trouvaient toutes êtres des personnes m'étant proches depuis de longues années. Les ailes de Chwalybog devaient l'intéresser et avoir un compagnon de vol aussi, ma chauve-souris devait se sentir un peu seule dans cette ville où les animaux nocturnes et volants n'étaient pas monnaie courante. Je vis mon camarade grimacer lorsqu'il détendit ses ailes, le mouvement ne semblait pas très agréable, ce qui n'était pas du tout étonnant vu la chute qu'il avait fait.

"J'espère que tu ne t'es pas blessé en tombant."

C'était ma façon à moi de lui faire savoir que j'avais remarqué sa grimace, mais sans pour autant lui demander bêtement s'il avait mal. Puisque bon, j'étais assez intelligent pour savoir qu'une personne qui grimace en faisant un mouvement, elle ne le faisait pas par plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Chwalybog

Chwalybog

Enfant de : Son of Chernabog

Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala Empty
MessageSujet: Re: Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala   Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala EmptyDim 13 Oct - 12:40

La conversation entre les deux jeunes garçons continuaient paisiblement. Chwaly écouta les explications de Shahin à propos d’avoir une mère. Il souriait légèrement, ce récit donnait envie d’avoir une mère, mais il réalisa assez vite que les différentes choses que faisait la mère de l’autre élève, son père les faisait déjà. Cela enleva en partie un poids sur le cœur de Chwalybog.

« Je vois, en fait mon père faisait déjà ses choses, donc je n’ai peut-être pas loupé grand-chose. »

Au fond, le fils du dieu de la nuit, essayait de se réconforter et se rassurer lui-même. Il essaya d’éloigner ses tristes pensées, et se concentra sur le moment présent.

« Ah oui les questions de pourquoi tu ne te fais pas des amis, j’ai eu aussi ! Vous êtes nombreux dans ta famille ? »

Chwalybog regretta rapidement sa question, car il avait l’impression que cette question entraînait des pensées négatives chez l’autre garçon. C’était en grande partie pour cela, qu’il ne se faisait pas d’amis. Il avait tendance à être maladroit et à stresser de peur que ça maladresse soit mal prise… Par chance, Shahin changea de sujet pour reparler de l’île. Chwaly se rassura et vu que le sujet ne le concernait plus réellement, il avait moins de mal à parler. Au fond, il était toujours surpris d’être tombé (littéralement) sur une personne aussi ouverte avec qui il pouvait discuter.  Depuis son arrivée, il n’avait pas parlé avec beaucoup de monde, mais il avait écouté les élèves d’Auradon. Beaucoup acceptaient que les enfants de méchants puissent venir dans leur école, mais ils voyaient ça comme une bonne action qu’ils faisaient. Comme s’ils étaient meilleurs qu’eux, car ils offraient la chance de vivre une belle vie. L’idée que des anciens méchants puissent être de bons parents étaient inconcevable pour certains. Il avait même entendu une « gentille » plaindre une « pauvre petite fille de méchante qui croyait que son père était gentil et l’aimait »…. Pour lui prouver qu’une telle vie sur l’île n’était pas possible, la « gentille » lui avait même expliquée l’enfance de Raiponce, kidnappé et élevé par une méchante, qui n’avait qu’un intérêt derrière ces actes de gentillesse… Ces paroles avaient tellement énervé le fils de Chernabog ! Cependant il n’était pas du genre à faire une scène, donc il avait fait comme s’il n’avait rien entendu et avait continué son chemin… Chwaly venait d’expliquer à Shahin ses buffs avec Facilier, lorsque Shahin lui posa une question par rapport à la musique, voulant savoir si l’importance de cette passion était dû à son éducation ou à un héritage venant de son père.

« Je n’y ai jamais pensé pour être franc. Je dirais que c’est plus parce que j’ai été bercé dans la musique. Mon père a toujours joué ou écouté de la musique. Notre maison était rarement silencieuse et quand je joue de la musique, je ne pense à rien d’autres. Juste à la mélodie que je crée, aux notes qui virevoltent jusqu’à mes oreilles. Je suis donc plus à l’aise.

Chwaly souriait en parlant, il n’y avait pas seulement lorsqu’il jouait de la musique qu’il était plus à l’aise, mais quand il en parlait aussi. C’était sa passion, c’était ce qui l’avait poussé à venir jusqu’ici. Il parla encore plus de son père, des instruments qu’il jouait, de son style de musique préféré. Il se demandait d’ailleurs quel style pouvait avoir Shahin.  Avant qu’il ne puisse lui poser la question, l’autre élève lui demanda s’il était inscrit au cours de musique.

« Oui je joue du violon. J’ai essayé le piano, mais je préfère les cordes et l’archet. Non je ne me suis pas inscrit… Pour l’instant j’ai déjà du mal à venir et à suivre les cours obligatoire, alors en rajouter… »

Techniquement, Chwaly ne mentait pas. A cause de sa sensibilité au soleil, il avait du mal à tenir une journée entière de cours. Souvent il séchait en allant s’enfermer dans la bibliothèque et s’il souffrait trop, il allait à l’infirmerie… Jay lui avait offert des lunettes de soleil, mais elles n’aidaient pas vraiment sur le long terme… Cependant, ce n’était pas la seule raison. Bien qu’il se sente à l’aise quand il parlait de musique ou lorsqu’il jouait de son instrument, il n’osait pas aller à la rencontre du professeur et des autres élèves. Il avait essayé une fois, mais lorsqu’il était arrivé devant la salle plongée dans la lumière, et qu’il avait constaté qu’ils étaient nombreux à discuter avec le professeur, il avait fait demi-tour. Il avait même pensé à s’inscrire à la fanfare, lors de son premier jour à Auradon. Il était tellement excité de se trouver dans ce nouvel endroit, avec tellement de musique qu’il ne connaissait pas, qu’il avait essayé de mettre sa timidité de côté. Cependant, il avait très vite vue que la fanfare jouait surtout en extérieur et en plein soleil… Il avait donc oublié cette idée….

La conversation dévia de nouveau pour aborder de nouveau le sujet des fêtes. Chwaly n’en avait jamais fêté, tout comme les autres enfants de l’île donc il était intrigué. Son père lui avait parlé d’Halloween, mais pas de Noël et cette histoire l’intriguait. Grâce à Shahin, il apprit que le père Noël (aussi appelé Perce Oreille), distribuait des cadeaux aux enfants sages… Chwaly se demandait si c’était à cause de la barrière que le père Noël n’était jamais venu distribuer des cadeaux sur l’île. Il ne savait pas s’il serait considéré comme un enfant sage et il savait parfaitement que beaucoup d’enfants de l’île ne le sont pas, mais il pensait quand même à des enfants comme les jumeaux de Mr Mouche, qui étaient toujours gentils et sages.

« C’est sûr qu’il n’aurait pas eu beaucoup de travail avec les enfants de l’île, même si je suis certains que certains en méritaient. Il y a aussi beaucoup de musique pour cette fête ? De la neige ? Je n’en ai jamais vu. Tu es sûr ? Cela ne te dérange pas ? J’admets que j’aimerais bien en voir. »

Ces propositions étaient tellement étranges pour le fils du dieu de la nuit. Lui qui avait toujours du mal à se remettre du fait que Shahin l’invitait dans sa ville natale, qu’il allait demander aux villageois de le ménager et maintenant de l’emmener visiter une autre ville !  S’il avait pu, Chwaly se serait pincé pour être sûr de ne pas rêver. Il était vraiment touché par les propositions de Shahin et il n’aurait jamais pensé que quelqu’un pourrait faire autant pour lui.

Lorsque Shahin avait expliqué qu’il pensait que Six l’aimait bien à cause de ses ailes, le demi-dieu les avait fait apparaître, mais elles étaient douloureuses après sa chute. Il avait dû grimacer sans faire attention car Shahin l’informa qu’il espérait qu’il ne s’était pas blessé.

« Je… C’est un peu endolori, mais demain ça devrait être bon. »

Chwaly avait l’habitude d’avoir des courbatures suite à ses entraînements, donc il était persuadé (et surtout espérait) que les tensions et douleurs disparaîtraient le lendemain.
Revenir en haut Aller en bas
Shahin Skellington

Shahin Skellington

Enfant de : Fils de Jack & Sally Skellington

Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala Empty
MessageSujet: Re: Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala   Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala EmptyMer 16 Oct - 22:22

Je ne fus pas surpris d'entendre que le père de Chwalybog faisait aussi tout ce qu'une mère pouvait faire. Après tout mon père était aussi comme ça et il était presque autant présent que ma mère dans ma vie. Il était bien un peu plus absent, mais parce qu'il travaillait sur les plans d'Halloween, bien que je l'aidais souvent. Chwalybog reprit la parole peu après commentant que son père était pareil à lui demander quand il allait se faire des amis et tout ça. Le froid fut jeté avec la suite de ses paroles, il me demandait si on était nombreux dans la famille. La réponse officielle, je la connaissais, nous étions treize enfants, mais je n'étais pas capable de me l'admettre à moi-même, je me considérais comme fils unique, du moins, j'ai un frère, Zéro.

"On est deux, Zéro et moi."

Je ne considérais pas avoir menti, bien que beaucoup pourraient dire que je venais très clairement de mentir puisque j'étais conscient de ne pas avoir uniquement Zéro comme frère, mais pourtant pour moi la vérité était que nous étions seulement tous les deux. Etait-ce du coup un mensonge? Pas selon moi. J'omettais juste une douzaine de détails insignifiant. Je ne voulais pas me laisser aller dans les mauvais souvenirs de mon enfant, tous les souvenirs de ces sales marmots que mes parents ont. Les seuls moment plaisant avec un de leurs enfants, c'était sûrement les moments où j'avais tenté de tuer cette saleté qu'ils appellent mon frère, que mon père avait été heureux de me fourrer dans les bras dès sa naissance. Je regrettais de ne pas avoir ma guitare, j'aurais bien gratté quelques accords simplement pour effacer les mauvais souvenirs de mon esprit. Mon esprit était tout tourné vers la musique en cet instant, c'est ainsi que je demandais à Chwaly si la musique était un héritage ou pas. Il me répondit sincèrement qu'il n'y avait jamais pensé. Cela ne m'étonnais pas, puisque je ne pouvais pas savoir moi-même si c'était mon fonctionnement ou un héritage. Je pouvais sentir sa passion lorsqu'il me parlait de comment il vivait la musique, comment il la ressentait. Je comprenais assez bien sa relation à la musique, ayant moi-même une relation très forte avec tout type de musique. Je lui avais du coup demandé s'il jouait du violon rebondissant sur des paroles encore précédente, lorsqu'il m'avait dit que son père lui avait offert son violon. J'appris donc qu'il joue du violon, qu'il s'était essayé au piano mais qu'il préférait les cordes, je sus aussi qu'il n'était pas inscrit au cours de musique. Voilà qui me rassurait, je n'avais pas loupé un nouvel élève dans mon cours préférés, bien qu'assez ennuyeux par les choix musicaux. Il ajouta qu'il avait déjà du mal à suivre ses cours de la journée, alors il avait choisit de ne pas prendre de matières optionnelles.

"Si tu as besoin d'aide pour rattraper des cours ou si certains cours te paraissent trop compliqué, je pourrais peut-être t'aider, même si je suis essentiellement bon en musique, théâtre et sciences."

Le sujet changea, je lui parlais plus du perce-oreille et de Christmas Town, de la fête de Noël, de comment les choses se passaient. Lui expliquant les cadeaux, les histoires d'enfants sages et tout ça. Je lui parlais de la neige, en partant du principe qu'il connaissait, sans trop savoir s'il pouvait neiger sur l'île. Il faut dire que je ne sais pas grand chose de comment les choses se passent sur l'île. C'est pas comme si on parlait souvent de l'île à Auradon avant l'arrivée des quatre premiers et pour ma part, je n'avais pas vraiment de contact avec les enfants de l'île, du moins, avant le crash de Chwalybog sur moi, j'en avais très peu. Chwaly m'annonça qu'il n'avait jamais vu de neige et que sur l'île certains enfants auraient mérités d'avoir des cadeaux, j'étais bien d'accord avec lui, mais comme pour nous, le père Noël n'avait sûrement pas le droit d'aller sur l'île. Chwaly me demanda aussi s'il y avait de la musique pour cette fête. Je lui avais proposé de l'y emmener lorsqu'il viendrait à Halloween Town, il semblait un peu gêné, puisqu'il me demanda de lui reconfirmer que je pouvais le faire. Je lui souris avant de me décider à lui répondre.

"Assurément, des enfants de l'île auraient mérités, mais je pense que comme pour nous, il lui est impossible de se rendre sur l'île. La musique fait partie de cette fête, il y a des musiques cultes pour Noël, tu vas devoir les entendre en boucle en période de Noël un peu partout et à Christmas Town, ils aiment bien chanter en travaillant. La neige c'est froid et j'aime pas trop ça, c'est blanc et vaut mieux pas y poser des fesses, si on ne veut pas finir trempé. Et non, ça ne me dérange pas, je ne t'aurais pas proposé sinon, tant que tu ne veux pas rencontrer le perce-oreille, parce que même si je le connais bien, il ne me rassure pas."

J'avais bien vu la grimace de mon camarade au mouvement de ses ailes, visiblement douloureuse et je l'avais questionné pour savoir si tout allait bien. Il m'assura que c'était juste endolori et que ça irait sûrement mieux demain. J'étais soulagé autant pour lui que pour le fait de savoir que sa chute sur moi ne lui avait pas fait trop de mal. Après tout, je doutais qu'il se crashait souvent sur des gens et de cette façon. Je pensais plus qu'il tombait mais de façon plus élégante, plus proche d'un oiseau qui se pose maladroitement que d'un hippopotame tombant du ciel.

"Je suis rassuré alors si ce n'est qu'endolori, je m'en serais voulu de savoir que tu t'étais blessé en tombant sur moi alors que je suppose que d'habitude, tu ne tombes pas de tout ton long sur le sol."

J'espérais pour lui qu'il ne tombait pas ainsi à chaque tentative de vol, sinon il allait finir par se faire vraiment du mal aux ailes. Voir même peut-être se faire une blessure qui pourrait s'avérer assez grave pour l'empêcher d'utiliser ses ailes pour voler à vie. Je me détendais un peu plus avec chaque minutes passant en compagnie de Chwalybog. C'était bien plaisant d'avoir pour une fois une conversation avec une personne ne cherchant pas à être supérieur, mais voulant simplement échanger en toute simplicité. On échangeait des connaissances que nous ne pouvions pas avoir par nos lieux vies bien différents, l'un à Auradon et l'autre sur l'île, jusqu'à il y a peu.
Revenir en haut Aller en bas
Chwalybog

Chwalybog

Enfant de : Son of Chernabog

Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala Empty
MessageSujet: Re: Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala   Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala EmptyMar 22 Oct - 9:30

Chwalybog eût l’impression qu’il avait surement fait une bêtise en demandant à Shahin s’ils étaient nombreux dans sa famille, car il y eut un silence de quelques instants et l’autre garçon semblait avoir les idées ailleurs.. Le fils de Jack l’informa qu’il n’y avait que lui et Zéro, le chien de la famille. Ne voulant pas déranger et n’osant pas en demander plus, Chwalybog n’insista pas pour en savoir plus. Par chance, Shahin avait vite changé de sujet, pour celui qui passionnait tellement le fils de Chernabog : la musique. Chwaly se sentait tellement plus à l’aise, parlant avec passion et plaisir. Jusqu’au moment où Shahin aborda le sujet des cours… Cela mit légèrement mal à l’aise le demi-dieu, puisque cela l’ennuyait réellement de ne pas réussir à suivre les cours… Mais il avait tellement de lacunes et de « handicaps »… Même s’il avait une très bonne mémoire auditive, il loupait pas mal de cours à cause des douleurs produite par le soleil… Et ne sachant pas très bien lire, il ne pouvait pas rattraper son retard en lisant les notes des autres… Shahin lui proposa de l’aider à rattraper des cours, voir à l’aider pour ceux qui étaient trop compliqué pour lui. Cela surpris encore plus Chwaly, mais après-tout, ils étaient à Auradon et Shahin ne venait pas de l’île, donc c’était peut-être une coutume pour eux de venir en aide.

« Euh c’est…gentil, mais tu n’es pas obligé… Surtout que je loupe vraiment beaucoup de cours… J’ai expliqué aux profs et à l’infirmerie, que j’avais du mal à tenir les heures avec la lumière du soleil qui illumine la salle de classe… Ils n’arrêtent pas de me dire que je vais finir par m’y habituer… Donc pour l’instant, je passe plus d’heures à me reposer à la bibliothèque qu’à écouter en classe… Sinon tu joues de quoi comme instrument ? »

Chwaly en aurait bien eu besoin de l’aide de Shahin, mais il venait tout juste de le rencontrer et c’était la première fois qu’il s’entendait bien et se sentait bien avec quelqu’un, il ne voulait donc pas le faire fuir lorsqu’il verrait ses difficultés… Il était impressionné de voir que Shahin participait à plusieurs cours non obligatoire et il devina que si ce dernier lui avait demandé s’il était inscrit en classe de musique, c’était surement pour savoir s’ils s’étaient déjà rencontré.

Ils finirent par changer de sujet pour aborder la fête de Noël. Une fête qui récompense les enfants gentils. Peut-être que s’il y avait cette idée sur l’île, les enfants des méchants auraient peut-être pas tombé si facilement dans le racket, les combats et aux « bêtises ». Cependant, il ne pouvait pas en être sûr, car malheureusement sur l’île, on parle plus souvent de survivre que de vivre. Cependant, certains enfants étaient quand même sages et auraient surement mérité une visite de père-noël. Shahin fut d’accord avec son idée et lui informa qu’il pensait qu’il avait surement été impossible pour le père-noël de se rendre sur l’île afin de traiter tous les enfants sages de la même manière. Shahin finit par aborder la partie musicale de cette fête ce qui lui donna encore plus envie de découvrir cette fête. Il y avait des musiques cultes et il ne les connaissait pas encore. Certains auraient surement appréhendé à la précision des musiques « en boucle », cependant ce n’était pas le cas de Chwaly. En effet, lorsqu’ils ne jouaient pas leurs propres musiques, lui et son père écoutaient souvent les mêmes musiques en boucle, puisqu’ils ne possédaient pas beaucoup de cd. L’enfant d’Halloween Town lui donna plus d’informations sur la neige, comme le fait que c’était froid, blanc, que cela pouvait tremper et qu’il n’aimait pas ça. Chwaly se demanda si l’autre étudiant n’aimait pas ça pour ces raisons, ou parce que la neige avait l’air de caractériser une fête qui n’était pas celle qu’il chérissait tant.

« Surement, peut-être que ça changera pour eux maintenant qu’ils vivent à Auradon. Ces musiques cultes, elles sont très différentes de celle de ta ville ? Je prends note pour la neige. »

Chwaly ne s’était pas inclus dans les enfants « sages » qui méritaient des cadeaux. Il ne se considérait pas comme une personne méchante ou dangereuse comme certains habitants de l’île, cependant, il savait qu’il n’avait jamais fait d’effort pour aider d’autres gens, pour se lier d’amitié et en ce moment pour étudier, donc il s’imaginait mal recevoir quelque chose. De plus, il ne connaissait pas encore très bien les normes et les valeurs des « gentils ». Il était donc possible que les enfants qu’il considérait sages, ne le soient pas assez aux yeux des habitants d’Auradon et de Christmas Town. Chwaly fut de nouveau agréablement surpris de voir Shahin lui sourire. Cela pouvait paraître idiot, mais c’était vraiment la première fois qu’on lui souriait autant… A part son père, Facilier, Hades et Celia (et c’était seulement lors de répétitions) personne n’avait vraiment cherché à se montrer gentil à son égard. Cela le rassurait au fond, même s’il ne savait pas vraiment pourquoi. Shahin lui confirma à nouveau qu’il était prêt à l’emmener à Christmas Town pour qu’il puisse découvrir tout cela, tant qu’il n’avait pas envie de rencontrer le perce-oreille, parce que ce dernier ne le rassurait pas.

Chwaly devait bien l’admettre, il n’était pas tenté de rencontrer quelqu’un qui inquiétait Shahin, surtout que ce dernier n’avait pas l’air d’avoir peur facilement, puisque c’était la base de sa fête préférée et puis il n’avait pas eu peur lorsqu’il lui était tombé dessus.

« Alors avec plaisir. Pour le perce-oreille, avec ce que tu m’en racontes, cela ne donne pas trop envie de le rencontrer. »

Alors qu’ils avaient commencé à parler de Six et des ailes de Chwalybog, ce dernier avait constaté qu’elles étaient endoloris et sa grimace n’avait pas passé inaperçu aux yeux de Shahin. Ce dernier se renseigna même sur son état de santé et l’informa qu’il était rassuré de n’apprendre que ce n’était qu’endolori.

« Non en effet. Je ne force pas trop encore, justement pour éviter de tomber et de me faire mal. Les premiers jours, je n’ai même pas essayé de voler, même si j’en avais vraiment envie. Je m’étais seulement concentré sur les décollages et atterrissages. Après ce n’est pas de ta faute, c’est moi qui me suis laissé distraire. »
Revenir en haut Aller en bas
Shahin Skellington

Shahin Skellington

Enfant de : Fils de Jack & Sally Skellington

Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala Empty
MessageSujet: Re: Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala   Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala EmptySam 23 Nov - 18:32

J'étais soulagé que mon camarade ne m'en demande pas plus sur ma famille, je n'avais pas envie d'en parler. J'avais donc changé le sujet pour parler des cours, pour savoir si nous avions déjà pu nous croiser. Sa réponse me surprit un peu, je notais également le manque de tact des profs et de l'infirmière, en ne tenant pas compte de ses difficultés avec la lumière du jour. Je lui avais proposé de lui venir en aide, dans la mesure du possible. Il ne semblait pas vraiment prêt à accepter une telle aide, puisqu'il me dit qu'il avait beaucoup à rattraper à cause de ses heures d'absences répétées. Pour changer de sujet, il me demanda de quel instrument je jouais, pour que nous retournions dans une conversation n'impliquant visiblement aucun malaise pour nous deux.

"Je ne suis pas obligé, mais je te le propose, mais si tu ne te sens pas à l'aise, libre à toi de refuser. Pour l'instrument, je joue de la guitare et je possède ma propre guitare depuis quelques années. J'aime beaucoup les instruments à cordes."

Après cela, nous avions parlé de Noël et sans que cela ne m'étonne, ils ne connaissaient pas sur l'île. Rien de bien étonnant, puisque comme pour Halloween, personne n'avait le droit de se rendre sur l'île. Comme si apporter de la joie à des enfants vivants en prison était un sacrilège. C'est vrai que chaque enfant est à l'identique de ses parents, dans la pensée populaire. Cette pensée n'avait évolué qu'avec l'arrivée des quatre premiers enfants de l'île, mais ce n'était pas encore ancré dans la mémoire de tous. Des petits esprits, il y en aura toujours et il fallait s'y faire, même si j'avais un peu de mal avec les esprits étriqués. J'avais bien expliqué tout le concept de Noël à mon camarade, j'avais personnellement une très bonne connaissance de cette fête, puisque je côtoyais par obligation assez souvent son personnage principal. J'écoutais la réponse de mon camarade et je ne pus m'empêcher de rire lorsqu'il me demanda si les chansons cultes de Noël étaient différentes de celles de ma ville.

"Les chansons de Noël sont totalement différentes de celles de chez moi. En fait, Noël est une fête joyeuse et de partage. Les chansons sont donc pour la plupart tournées vers ses sujets ou la neige ou l'ambiance de Noël. C'est assez loin de l'esprit de la fête d'Halloween. Les deux fêtes sont pourtant assez liées, d'une certaine manière, elles sont attendues par tous, c'est des moments joyeux dans l'esprit populaire."

Je n'avais rien dit sur le fait que cela pourrait changer pour les enfants de l'île maintenant qu'ils étaient à Auradon. Je n'avais pas envie de m'avancer sur ce genre de question. Je considérais que les enfants de l'île, n'étaient pas tous méchants, bien qu'il devait y en avoir. En même temps, éduqué sur l'île, ils ne pouvaient pas tous être comme les enfants d'Auradon. Je lui parlais aussi de North et de la façon dont il m'inquiétait, même si dans les faits, il était plutôt une personne appréciée de la plupart des gens. Il n'y avait que pour moi qu'il était terrifiant. Chwalybog me fit savoir que ça le tentait de visiter Christmas Town mais me dit qu'il n'avait pas très envie de rencontrer North après ce que je lui en avais dit.

"Je dois être l'une des rares personnes à le craindre autant. En général, les gens aiment bien North, enfin le père Noël, mais moi, il m'inquiète. Peut-être même que tu l'apprécierais si tu le rencontrais, mais moi, moins je le vois, mieux je me porte. En tout cas, on pourra aller à Christmas Town, je suis plus que le bienvenu là-bas."

J'avais rebondi en voyant que mon camarade avait fait la grimace en bougeant ses ailes, mais il m'avait rassuré en me disant que c'était qu'endoloris et là, il m'avoua qu'il ne forçait pas trop pour éviter toutes blessures. Il me dit aussi que les premiers jours, il ne s'en était pas servi, qu'il avait surtout travaillé les décollages et atterrissages. Il m'assura que sa chute de ce soir n'était pas de ma faute, mais la faute de la distraction que j'avais représenté.
Revenir en haut Aller en bas
Chwalybog

Chwalybog

Enfant de : Son of Chernabog

Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala Empty
MessageSujet: Re: Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala   Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala EmptyJeu 28 Nov - 18:47

Chwalybog constata que son camarade semblait soulagé qu’il n’ait pas posé plus de questions sur sa famille. Il semblait qu’il avait deviné juste et que c’était un sujet sensible. Il avait donc été content lorsque Shahin avait changé de sujet. Il n’avait pas tellement l’habitude des conversations, donc il n’avait aucune idée de quel autre sujet il aurait pu aborder. Ils avaient commencé à parler des cours. Shahin avait vite compris qu’il avait du mal à lire et lui avait même proposé de l’aider pour rattraper son retard. Cependant, Chwaly avait tellement peur de le déranger, de le faire fuir, qu’il lui avait expliqué qu’il était vraiment en retard, il changea ensuite de sujet pour parler des instruments. Pourtant, Shahin lui parla de nouveau de son aide, avant de répondre à sa question. Il ne se sentait pas obligé de l’aider, mais il en avait envie. En ce qui concerne la musique, il aimait les instruments à cordes et particulièrement la guitare.

« C’est vraiment gentil… On peut essayer… Mais si ça te demande trop de temps, n’hésites pas à me le dire… »

Il était assez gêné, c’était la première fois qu’il acceptait l’aide de quelqu’un, en dehors de son père bien sûr. Ils abordèrent ensuite le thème de Noël. Comme lorsqu’ils avaient abordé le sujet d’Halloween, Chwalybog se montra très intéressé, il voulait en apprendre plus, vu que sur l’île il n’avait jamais eu la chance de découvrir ces évènements. Surtout le fait d’apprendre que les musiques avaient une part importante dans ces fêtes, il avait vraiment hâte de les découvrir, même s’il ne savait pas encore si le père Noël allait le considérer comme un enfant sage.

Lorsqu’il demanda si les chansons de Noël ressemblaient à celles d’Halloween, Shahin ne pu s’empêcher de rire. Chwalybog offrit un petit sourire légèrement gêné, se demande ce qui était drôle dans sa question, mais rapidement Shahin lui expliqua que les chansons de Noël étaient différentes en étant plus joyeuses et pourtant les deux fêtes étaient attendues par tous.

Shahin lui parla ensuite du Père Noël… Chwalybog ne savait pas trop ce qu’il devait penser de lui, ni à quoi il pouvait bien ressembler. Son camarade le craignait, mais il lui affirmait qu’il était surement la seule personne qui n’aimait pas North. Il lui expliqua même qu’ils pourraient alléer à Christmas Town, car Shahin était plus que bienvenue dans cette ville. Il devait admettre il ne savait pas quoi en penser… Si Shahin était le bienvenue, il n’était pas sûr de l’être. Après tout, il était peut-être sur la liste des méchants enfants, mais malgré ces questions, l’envie de connaître les mélodies des chants de Noël était plus forte que les inquiétudes.

« Pourquoi pas, j’aimerais vraiment découvrir leurs chants. Cependant, j’espère seulement ne pas être sur la liste des méchants. »

Il ria légèrement, même si cette inquiétude était bien réelle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala Empty
MessageSujet: Re: Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala   Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Une chauve-souris en rencontre une autre - Chwalalala
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Elle voit des nains partout ! [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ways to be Wicked :: Campus d'Auradon :: Extérieurs-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser